Etudier au Canada : la grande aventure…

0

Découvrir de nouveaux paysages, une nouvelle mentalité, un mode de vie atypique et surtout une nouvelle façon d’apprendre. Et si Montréal était ta prochaine destination étudiante ? Etudier au Canada représente une expérience unique. Chaque année plus de 300 000 étudiants passent le pas, ce qui en fait la 3e destination mondiale pour étudier. Parmi eux, plus de 26 000 étudiants français tentent l’aventure.

Pas étonnant lorsque l’on sait que la langue n’est plus une barrière pour partir étudier à l’étranger, que les universités y sont prestigieuses, la vie étudiante chaleureuse et surtout que les loyers des résidences étudiantes ou des appartements sont moins chers que les loyers français. La météo y serait même agréable !

Etudier au Canada : deux étudiantes témoignent !

Pour en témoigner, Génération Zébrée a fait la rencontre de Marine et Anaëlle, deux jeunes expatriées françaises parties étudier dans l’école de commerce HEC Montréal. Deux parcours et deux ambitions différentes, en tout cas un seul coup de coeur en commun pour Montréal !

Pierre, étudiant français sur le campus d’Oxford (Royaume-Uni) te parle également de son choix pour les études de commerce à l’étranger et te partage ses conseils.

Préparer son séjour pour étudier au Canada

Pour étudier au Québec, tu devras t’assurer d’avoir trois documents importants dès lors que tu recevras ta lettre d’admission : un passeport valide, un certificat d’acceptation du Québec à obtenir sur le site Immigration Quebec et un permis d’études sur le site canada.ca. Informe toi également sur l’assurance maladie pour les étudiants étrangers, au cas où tu attraperais un petit rhume la-bas. Il y fait jusqu’à -34 degrés, un record !

Pour le logement, il est demandé d’arriver deux semaines avant le début des cours pour faire tes recherches, ainsi tu n’auras pas de mauvaises surprises. Privilégie la colocation pour faire des rencontres et partager les frais ou bien les résidences étudiantes, elle sont toujours très bien placées dans le campus.

Veille à orienter tes critères de recherche en fonction de la proximité des transports en commun, de l’école, des commerces. Sois également attentif aux services inclus ou non dans le loyer : le chauffage, l’eau chaude, l’électricité, le téléphone, internet… Pour t’aider à préparer ton budget, tu peux t’appuyer sur l’étude réalisée par le site Etudionsaletranger 😉 .

Tu ne sais pas comment financer ta scolarité et ton séjour au Canada ? Il existe un système complet de bourses accessibles aux étudiants français. Certaines sont attribuées directement par les écoles ou universités, et d’autres sont délivrées par le gouvernement canadien. Il est également possible d’avoir un petit job étudiant pour compléter !

«  Les logements ne sont pas chers et souvent spacieux ! Pour un appartement de 75 mètres carrés, je paye 420 euros en collocation avec une autre étudiante Française à HEC Montréal. (…) Montréal est une ville super pratique quand tu es étudiant, par exemple les commerces ainsi que les différents services ferment tard, tu peux donc faire tes courses à 22h ou encore aller à la banque un lundi ! » Marine

« Les 2 dernières années je payais 530 euros tout compris dans une superbe colocation juste à côté de l’école. J’ai été en colocation avec une Franco-Sénégalaise, une Brésilienne et une Franco-Marocaine. Il y a beaucoup d’étudiants ayant une nationalité francophone, j’ai même connu des Tahitiens ! D’ailleurs en classe préparatoire, il y a beaucoup de nationalités différentes !»

A noter qu’il est possible de contracter un prêt étudiant, il y a des accords entre la France et le Québec qui permettent de payer l’école de commerce HEC Montréal au même prix qu’une école de commerce parisienne.

Etudier au Canada : un autre modèle d’enseignement

Un rythme de cours très différent

Si tu viens d’obtenir ton bac et qui plus est avec mention, les universités te tendent les bras ! Tout d’abord, tu commenceras par une année préparatoire dans laquelle tu découvriras un nouveau pays, mais surtout un nouveau modèle d’enseignement.

Lors de cette année tu n’auras cours que 15 heures par semaine, soit 3 heures par jour. Cependant, tu devras préparer tes cours en avance afin de permettre un temps d’échange, d’exercice et de questions avec le professeur pendant le cours. Il te faudra donc être autonome et surtout curieux au moment d’approfondir les notions vues dans le cours.

« Mon année préparatoire m’a permis de me mettre dans le bain, il y a même des cours de gestion de stress pour aider les étudiants dans leur apprentissage ! » Anaëlle

Cette année préparatoire est également l’année lors de laquelle les étudiants s’acclimatent à ce nouvel environnement chaleureux mais très froid ! En témoigne Anaelle :

« Les conditions climatiques ont été difficiles à vivre les deux premières années mais on s’y habitue, il y a même des activités en hiver comme des matchs de hockey et des cours de zumba dans la neige, c’est génial ! En tout cas on a l’équipement pour lutter contre le froid. »

Enfin, ce type d’organisation permet d’avoir des activités à côté des cours : que ce soit un petit boulot pour contribuer aux frais de tous les jours, un engagement associatif ou tout simplement profiter de la vie étudiante !

Les étudiants optent en général pour un job étudiant étant donné qu’ils n’ont que 3h de cours par jour. Ce job leur permet ainsi de subvenir financièrement à leurs besoins voir de se rapprocher de leur coeur de métier dans le cadre d’une auto-entreprise ou d’une business association par exemple.

HEC Montréal

S’ouvrir à l’international

Au cours de l’année tu auras également l’occasion de profiter d’échanges étudiants. Tu pourras donc soit partir 6 mois à l’étranger comme c’était le cas pour Marine ou bien partir 2 semaines à l’occasion du cours Campus International, c’est un séjour lors duquel les étudiants découvrent la culture d’affaires d’un pays. Tu participeras à des rencontres avec des cadres dirigeants, des représentants gouvernementaux, des conférences universitaires et également des activités pratiques visant à l’intégration des connaissances. 

“ Lors de ma 3ème année à HEC Montréal, nous étions une vingtaine à partir au Brésil, le thème abordé était l’écotourisme communautaire, nous avons donc rencontré les acteurs principaux et travaillé autour de ce sujet durant notre séjour. “

Les mois passés à HEC Montréal ou dans les écoles partenaires à l’étranger permettent d’avoir une véritable expérience internationale : les 13 000 étudiants d’HEC Montréal viennent de plus de 150 pays !

“ Pour ma part, j’ai fait un échange de 6 mois à Hong Kong en 2ème année, j’ai donc suivi les mêmes cours qu’à HEC Montréal, mais en Asie sur deux trimestres. D’ailleurs les cours sont très bien retranscrits ! Je suivais les cours du tronc commun en choisissant 5 cours par session, il y avait 2 sessions dans une année. J’étais spécialisée en affaires internationales. “ Marine

Des spécialités hyper variées

Avant cela, les étudiants suivent uniquement un tronc commun afin de choisir au mieux la spécialité qui leur convient. Ils ont notamment le choix parmi plusieurs spécialités : Affaires internationales, Analytique d’affaires, Comptabilité professionnelle, Économie appliquée, Entrepreneuriat, Finance, Gestion des opérations et de la logistique, Gestion des ressources humaines, Management, Marketing

Quoi qu’il en soit, la 3ème année est sûrement la meilleure d’après Anaëlle : “Si tu aimes ta spécialité, tu prendras du plaisir. Il y a différents cours par matière, accessibles via une plateforme dédiée, la liste des cours est disponible sur le site web, c’est très intuitif. (…) Dans les spécialités tu es en plus petite classe, donc la proximité avec l’intervenant est idéale pour échanger et avoir les réponses dont tu as besoin. Pour ma part j’étais spécialisée en marketing et également en gestion de projet.”

Bien que HEC Montréal forme ses étudiants aux grandes entreprises, une partie du cursus est consacrée à la gestion de PME ou encore au Marketing des Arts et de la Culture, un cours pendant lequel les étudiants visitent par exemple un théâtre ou encore le Grand Palais Canadien. Il y a également des cours d’entrepreneuriat pour ceux qui seraient intéressés par le format start-up / auto-entreprise.

La vie étudiante idéale

La ville de Montréal est une ville très étudiante, il y a 6 grosses universités et des “colleges”. D’ailleurs HEC Montréal, l’Université de Montréal et Polytechnique partagent un immense campus dans Montréal, il y a donc énormément d’événements organisés par les écoles et par la ville. 

“ Le CEPSUM par exemple, c’est un centre d’éducation physique et sportive immense dans lequel les athlètes des Jeux Olympiques s’entrainaient. Depuis ce centre appartient aux universités, les étudiants peuvent donc s’entraîner et assister à des événements sportifs dans ce beau complexe ! (…) ”

Tu vivras une vie étudiante rythmée par le sport, mais également par le temps. Tu l’auras compris, au Québec il fait froid et ça a son lot d’avantages ! Le Mont Royal est juste à côté de HEC Montréal, tu peux y faire de la luge, du ski de fond et même du patin sur le lac gelé. Montréal est une ville magnifique, très lumineuse et super agréable, il y fait froid mais il y a souvent du soleil et il n’y pleut pas souvent témoigne Marine.

HEC Montréal incite également ses étudiants à rejoindre différentes associations. De l’équipe de voile au Groupe Humaniterre, chargé de faire le lien entre le développement durable et le monde des affaires, tu pourras même intégrer Expression, l’association ambassadrice de l’Art et de la Culture au sein de la communauté étudiante ou l’association danse.

“J’étais dans une association sur la géopolitique, j’adore ça ! Les associations sont comme des minis entreprises finalement. Pour postuler tu dois faire une lettre de motivation et passer des entretiens mais une fois intégré, tu fais des réunions, tu va chercher des commanditaires, des partenaires… Tu as donc des vraies responsabilités, c’est formateur !” Marine

Etudier au Canada… et après ?

L’essentiel lorsque l’on étudie à l’étranger, c’est de bénéficier d’un diplôme reconnu à l’international (et notamment en France) à la fin de tes études. HEC Montréal possède justement les 3 agréments internationaux : AACSB, EQUIS et AMBA.

Sans parler de l’ampleur du réseau d’anciens élèves qui te permettra une insertion professionnelle dans les domaines liés à ta spécialité. HEC Montréal compte plus de 82 000 alumni ! HEC Montréal organise énormément d’événements d’entreprises, des cocktails de réseau, tu pourras donc te rapprocher de personnes importantes en entreprise pour trouver un stage ou un emploi après l’école.

Le système de stages

Si nous n’avions pas abordé le sujet des stages tout au long de ces retours d’expériences, c’est pour une bonne raison. Chez HEC Montréal, les stages sont généralement réalisés une fois diplômé sur une ou deux années ou en temps partiel tout au long de l’année, sinon ils viennent en remplacement des cours auquel cas un rapport de stage devra être effectué.

“Une fois diplômé j’ai obtenu un permis de travail pour remplacer mon visa étudiant à la fin de mes études, ce dernier m’a permis de rester au Canada 3 ans de plus. (…) J’ai commencé à travailler chez Montreal International, une agence de développement économique visant à attirer les investisseurs étrangers, et implanter de nouvelles entreprises dans le secteur informatique ou encore de l’intelligence artificielle au Canada. Ce travail était donc idéal compte tenu de ma spécialisation en affaires étrangères !” Marine

“De mon côté j’ai effectué 2 stages en Israël à la suite de mes études, l’un dans une start-up commercialisant du vin sans intermédiaire entre le vigneron et le consommateur et l’autre à l’office de tourisme. J’ai ensuite eu une expérience à Paris en tant qu’assistante chef de projet chez Hopscotch au département Travel et Hospitality. C’était très enrichissant…”