Comment réussir ses études supérieures ?

Une bonne organisation est nécessaire pour réussir ses études supérieures !
Temps de lecture : 2 minutes

Selon les derniers chiffres publiés, environ 60 % des étudiants échouent lors de leur première année d’études dans l’enseignement supérieur. Tu veux faire partie de ceux qui réussissent ? Voici quelques conseils pour mettre toutes les chances de ton côté et passer le cap de ta nouvelle vie d’étudiant avec succès ! 

S’investir dans le choix de ses études

Pendant ton année de Terminale, tu prépares déjà ton avenir en entrant tes vœux sur Parcoursup pour postuler aux différentes formations qui t’intéressent. Investis-toi dans ce projet ! Participe aux portes ouvertes des écoles et universités qui proposent des parcours qui t’attirent. Déplace-toi sur les salons pour obtenir le maximum d’informations et sois curieux dans tes recherches.

Cette étape essentielle passe aussi par des échanges avec ta famille, tes amis, tes professeurs et ton entourage. N’oublie pas que tout conseil est bon à prendre. Sans te mettre la pression, essaye de contacter les anciens élèves de ton lycée qui sont partis étudier dans différentes filières afin de leur poser des questions. 

Une fois tes choix définis, rédige tes différents projets motivés et postule au maximum de formations, même si tu sais que par la suite tu devras sélectionner celle qui te plaît le plus. 

Adopter une organisation en béton

Dans l’enseignement supérieur, une organisation bien rodée est la clé : 

  • Sois assidu et participe activement aux cours, tu progresseras sans aucun doute. 
  • Adopte une méthode efficace de prise de notes : ceci te permet ensuite de gagner du temps pour faire des fiches qui te faciliteront la synthèse et la mémorisation du cours. 
  • N’hésite pas à travailler en groupe en choisissant bien les personnes et à solliciter tes camarades de promo si tu as besoin d’aide. 
  • Pense à établir chaque week-end le planning de ta semaine pour mieux visualiser ce que tu as à faire dans tes révisions ou devoirs à rendre. 

Se fixer des objectifs et se faire confiance

Quand tu entames tes études supérieures, les doutes peuvent vite t’envahir au bout de quelques semaines tant l’enseignement y est différent du lycée. Le but est de passer le cap de la première année. Pour cela, fixe-toi des objectifs réalisables à court et moyen terme. 

Renseigne-toi également sur les débouchés de ta formation en interrogeant tes professeurs et les camarades qui ont avancé dans le cursus. 

L’un des enjeux de la réussite en études supérieures est de devenir autonome rapidement pour prendre son avenir en main. Aie confiance en tes capacités et reste motivé quand tu devras rechercher un stage, une alternance ou tout simplement au moment des examens. 

Avoir une bonne hygiène de vie

Pour réussir dans le supérieur, tu dois avoir une hygiène de vie impeccable ! Fais du sport, respecte ton rythme de sommeil et mange équilibré ! 

Ton objectif : être en forme ! N’abuse pas des soirées, tu risques de le regretter dès le lendemain, car tu ne seras pas concentré ni en cours ni dans tes apprentissages.  

En suivant ces conseils, tu crées un cadre de travail où efficacité et sérénité vont t’aider à bien apprendre et réussir dans tes études supérieures.

Bac 2022 : Le Grand Oral

Temps de lecture : 9 minutes

Si tu es actuellement en classe de terminale, tu te prépares actuellement au Grand Oral. L’épreuve du Grand Oral est une des nouveautés majeures de la réforme du Bac 2021… Alors comment trouver tes idées de sujets ? Comment choisir tes deux questions et surtout comment bien t’y préparer ? Voici tous nos conseils pour réussir cette nouvelle épreuve comme un chef 😉 !

Le grand oral du bac 2022, késako ?

Parler debout, sans notes, pendant cinq minutes… l’épreuve du Grand Oral est redoutée par les lycéens. L’Education Nationale a indiqué que dans cette épreuve, l’expression et la fluidité comptent presque plus que le contenu…  En effet, “parler” ne signifie pas “bien parler”. No stress, Génération Zébrée va t’aider à sortir ta plus belle voix pour le jour J. 

Quel est l’objectif du Grand oral ?

Le Grand Oral te forme à prendre la parole en public en étant clair et convaincant ! L’épreuve te permet également d’utiliser tes connaissances liées à tes spécialités pour créer une argumentation et montrer comment elles serviront à ton projet d’orientation (études ou professionnel). 

Les compétences évaluées lors du Grand Oral sont double car tu  utilises à la fois des connaissances théoriques dans les enseignements de spécialité et tes qualités oratoires. Ton but est donc de convaincre le jury avec un discours structuré et qui donne envie ! 

Tu l’auras compris, l’objectif de cette épreuve est de savoir communiquer. La communication est essentielle aussi bien dans ta vie privée que dans tes études supérieures. 

Comment ça se passe ? Tu te prépares tout au long de ton année de terminale en travaillant sur deux questions que tu auras choisies au préalable. Ces deux problématiques  sont  en lien avec tes deux enseignements de spécialité. Par exemple, si tu suis la spécialité HLP (Histoire Littérature et Philosophie) et SVT (Sciences de la Vie et de la Terre), tu pourras t’orienter vers un sujet sur l’histoire de la médecine. 

Comment se déroule le Grand oral ? 

Que tu sois en voie générale et technologique, tu passes un Grand Oral à la fin de ton année de terminale. L’épreuve du Grand Oral du bac aura lieu entre le 20 juin et le 1er juillet 2022. Génération Zébrée te conseille de ne pas laisser de côté cette épreuve ! 

Avec la nouvelle réforme du bac, le Grand Oral est coefficient 10 en voie générale et 14 en voie technologique. 

Le Grand Oral  se déroule en trois temps 

L’exposé (5 minutes)

Après les 20 minutes de préparation pour structurer ton propos, tu disposes de 5 précieuses minutes pour présenter et développer ta réponse sans notes. Cette partie est à préparer à l’avance puisque le jury n’intervient pas.

Il est également possible de préparer un support (par exemple : une carte, un graphique, un tableau…). Il ne sera pas évalué cependant il permet de ne pas te sentir déstabilisé et de gagner du temps. Bien sûr, tu dois créer ce support en amont pour pouvoir le reproduire le jour de l’oral. Tu sais ce qu’il te reste à faire si tu veux marquer des points auprès du jury 😉 !

La discussion avec le jury (10 minutes)

Suite à ta présentation, tu es confronté aux questions du jury qui ont pour but de te pousser à affiner ta pensée. Toutefois, le jury a aussi le droit de te poser des questions plus générales, portant sur l’ensemble du programme.

L’échange sur le projet d’orientation (5 minutes)

Pour terminer ton oral, le jury te questionne sur ton projet d’orientation. Le lien est souvent fait entre ta question posée au début de l’oral et ton projet de poursuite d’études. Il s’agit donc de justifier tes choix des enseignements de spécialité et d’expliquer comment ces enseignements seront exploités lors de tes études supérieures et/ou dans un contexte professionnel. Cette étape est l’occasion d’exprimer tes motivations ! A la fin, tu précises les différentes étapes de l’avancement de ton projet (les difficultés que tu as rencontrées, les solutions trouvées pour y remédier, etc). 

Grand Oral :  comment gagner des points pour le bac 2022 ?

Les deux professeurs qui composent le jury (venant d’un autre lycée : l’un enseigne une de tes spécialités) ne seront pas là pour tester tes connaissances et pour te faire réciter un cours (contrairement à l’oral de français) mais pour évaluer 3 points :

> Le jury va noter si tu as compris et préparé le sujet présenté

> Il va évaluer quelle touche personnelle tu as apporté au sujet (donc ton engagement personnel)

> Et enfin il notera la forme de ta prestation orale : communication verbale et non verbale, originalité…

C’est la maturité des étudiants qui sera jugée dans cet exercice, et la forme : parler debout, sans notes, pendant 5 minutes… Le jury sera sensible à la manière dont tu as pu captiver leur attention. La posture à avoir ce n’est pas d’avoir un avis tranché sur la question (« oui » ou « non ») mais plutôt d’être ouvert au débat.

Comment choisir tes deux questions du Grand Oral ?

Ces questions devront intéresser le jury et être adaptées à la courte durée de l’exposé.

Pour trouver la question idéale, la première étape consiste à faire émerger un maximum d’idées, en explorant les différentes thématiques possibles.  Voici quelques conseils pour t’aider à choisir une question pertinente :

• Réfléchis à un sujet qui t’intéresse et qui te tient à cœur dans n’importe quel domaine (politique, théâtre, design, psychologie, sport, biochimie, etc). Recherche des questions en rapport avec l’actualité et des thèmes qui te sont personnels pour être sûr d’être original et mieux intéressé le jury. Il faut qu’il te passionne pour que tu puisses faire des recherches pour le Grand Oral. Dis toi que tu vas devoir approfondir ce sujet tout au long de l’année. Tu vas passer plusieurs mois à préparer cet exposé, il faut que le contenu te plaise. C’est ton intérêt pour ce sujet qui transpirera de ta prestation et qui intéressera le jury !

• Choisis un sujet riche mais qui sera simple à problématiser. C’est-à-dire une thématique sur laquelle tu peux facilement trouver des documents, des supports pour tes recherches… Mais qui implique une problématique claire et pas trop large !

Trouve un sujet en lien avec l’actu (apparemment les profs apprécient). Le choix du sujet est primordial. C’est sans doute 50% de la réussite de ton oral. Les bons sujets seront les plus personnels : fais le tour du programme de tes spécialités et analyse les parties que tu préfères. Si tu n’as pas d’idée ou si tu ne vois pas de lien entre tes deux spécialités, patience on te donne plein d’exemples de sujets à la fin de l’article !

• Prends une question en cohérence avec ton projet d’études. Garde à l’esprit que les deux sujets que tu présentes doivent être en lien avec ton projet d’orientation. N’oublie pas que tes questions pour le Grand Oral devront être validées par tes professeurs, alors n’hésite pas à leur demander conseil en cas de doute. Enfin si tu te poses des questions sur Parcourusup 2022 cet article te donne le mode d’emploi de la plateforme et plein d’astuces pour mettre toutes les chances de ton côté !

Comment réussir la préparation des réponses aux questions ?

Une fois tes deux questions choisies, il faut y répondre de manière argumentée, cohérente et documentée. Pour cela, approprie-toi ton sujet en multipliant les recherches et les lectures.

Puis tu vas devoir organiser toutes les informations que tu auras obtenues lors de tes recherches et tes idées afin d’arriver à avoir un plan clair et cohérent que tu pourras présenter le jour de l’épreuve du Grand Oral.

Pour terminer, entraîne-toi à parler à l’oral ! Le jour de l’épreuve, tu devras exposer clairement ta réflexion et tes connaissances. Prépare-toi en organisant des oraux blancs avec des amis ou en famille. N’aie pas peur des commentaires des autres, ils seront là pour t’aider à progresser  ! Remarque : ton exposé ne doit pas dépasser les 5 minutes. Chronomètre toi pour être sûr de ne pas dépasser et n’oublie pas ta montre le jour de l’épreuve !

5 conseils pour se préparer au grand oral du bac

Le Grand Oral est un exercice nouveau pour tous les bacheliers, il faut donc bien s’y préparer.  Comment améliorer ta prestance et ton assurance lorsque les lycées ne t’y aident pas toujours ? Même si tout au long de l’année tu es suivi par tes professeurs lors d’ateliers d’entraînement, voici quelques conseils pour se préparer au mieux :

Se filmer en train de parler

Le langage corporel est très intéressant à analyser. Rien de mieux pour se rendre compte de comment tu agis face au jury. Il est important de soigner le verbal et non verbal lors de l’oral. Enregistrer son entraînement et le visionner est donc le moyen idéal de repérer tes failles et tes marges d’amélioration : soigner sa posture, ne pas rester les bras croisés, avoir un débit de parole moins important, etc.

Apprends à maîtriser tes émotions

Pour réduire l’anxiété, rien de mieux que d’apprendre à gérer tes émotions. Par exemple, la méditation peut t’aider à valoriser tes pensées positives et à te relaxer. Mais c’est à toi de trouver l’activité qui t’apaise le plus et te permet d’envisager sereinement cette épreuve.

Lis à voix haute

Lire à voix haute, je te garantis que c’est utile ! Et c’est surtout apprendre à bien articuler, à trouver la bonne intonation et à te faire comprendre de toute une audience ! Mets-toi dans les conditions de l’examen (c’est-à-dire debout), et lis ! A force de lire de cette manière, tu vas parvenir à exprimer l’âme du texte, ce qui te sera utile pour exprimer toute la profondeur de ta pensée à l’oral

Entraîne-toi en s’amusant

À la longue, les entraînements aux oraux peuvent vite devenir ennuyants. Pour travailler ton oral tout en t’amusant, tu peux explorer de nouvelles voies : cours de théâtre, concours d’éloquence entre amis, visionnage de conférences TEdx… A toi de créer tes propres entraînements !

Discute avec des étudiants

Les étudiants qui suivent un parcours dans les écoles de commerce ou d’ingénieurs connaissent bien les épreuves orales. Les concours pour intégrer ce type d’établissements comportent des oraux, ils y sont donc bien préparés ! Échanger avec eux est une manière de démystifier l’épreuve et de s’y confronter dans les meilleures conditions.

Quelques exemples de questions pour le Grand Oral selon les spécialités

SES

  • La réussite de l’écologisme est-elle liée au concept de lutte des classes ?
  • Pourquoi réfléchir aux rapports entre féminisme et capitalisme ? 
  • L’École peut-elle vraiment aider l’individu à s’accomplir pleinement ? 

Humanités, littérature et philosophie (HLP) 

  • Pourquoi notre société devrait-elle s’interroger sur les limites du progrès ?
  • Peut-on considérer que le selfisme est un narcissisme d’un nouveau genre ?

SVT 

  • Quelles sont les conséquences du réchauffement climatique sur l’agriculture ?
  • Comment découvrir deux exoplanètes ? Tu peux réfléchir aux avantages et aux inconvénients, le jury te demandera probablement de donner un avis. 
  • Comment les connaissances sur le fonctionnement du système immunitaire offrent-elles des pistes pour lutter contre la COVID-19 ? 
  • Comment définir un individu d’un point de vue biologique ?

Histoire-Géographie, Géopolitique et Sciences Politiques (HGGSP)

  • Comment l’Inde est-elle devenue une puissance spatiale ?
  • Pourquoi la reconstruction de Notre-Dame de Paris mobilise-t-elle le monde entier ?

Maths

  • A l’aide du dénombrement, comment peut-on appréhender la diversité de l’information génétique ?
  • Comment l’informatique permet-elle de crypter et décrypter des informations ?

Quelques exemples de questions transversales 

Certains thèmes du programme de la spécialité mathématiques se prêtent bien à une question portant sur une application dans une autre discipline.

Maths et Physique-chimie

– Comment les vecteurs permettent-ils une description du mouvement ?

– Comment étudier l’évolution au cours du temps d’une population de noyaux radioactifs, et quelles sont les applications d’une telle étude ?

– Quelles équations différentielles permettent d’étudier le mouvement d’une particule dans un champ électrique ?

– Comment étudier avec les logarithmes le niveau d’intensité sonore d’un signal ?

Maths et SVT

– Comment les probabilités conditionnelles permettent-elles de modéliser l’évolution de la fréquence des allèles dans une population et d’expliquer des écarts par rapport au modèle de Hardy-Weinberg ?

Maths et Histoire

  • Comment donner une approximation d’un nombre réel à l’aide de suites ?
  • Quelles sont les grandes étapes historiques de l’élaboration du raisonnement par récurrence ?

Maths et SES

  • Les algorithmes peuvent-ils générer de la discrimination ?
  • Comment différencier et calculer le taux d’intérêt nominal et le taux d’intérêt réel d’un placement ou d’un emprunt ?

HLP et SES

  • L’École doit-elle se limiter à enseigner ce qui est utile ?
  • L’École peut-elle vraiment aider l’individu à s’accomplir pleinement ?

HGGSP et SES

  • La croissance est-elle compatible avec l’environnement ? 

Petit récap’ de l’épreuve

Durée de l’épreuve : 40 minutes

Tu dois présenter deux questions au jury qui n’en choisira qu’une :

> Tu auras ensuite 20 minutes de préparation

> 5 minutes de parole sans notes mais avec un support possible

> 10 minutes de questions / réponses avec le jury

> 5 minutes de discussion sur ton projet d’orientation (avec ou sans lien concernant le sujet)

Désormais, tu disposes de nombreux conseils afin de choisir de la meilleure manière tes deux questions pour le Grand Oral. Le jour-J, privilégie un style vestimentaire neutre, respecte bien les horaires. Bonne chance (pour te donner du courage, dis-toi que c’est bientôt fini et que les vacances d’été arrivent à grands pas 😉  ! 

Méthode pour réussir tes études

Méthode : réussir tes études
Temps de lecture : 5 minutes

Tu es étudiant.e ou lycéen.ne et tu galères bien avec ta méthode de révision et la somme astronomique de choses à savoir par cœur ? Pas de panique, ça va bien se passer, voici quelques outils juste pour toi ! Parce qu’apprendre, c’est bien, mais le faire dans de bonnes conditions physiques, morales et mentales ? C’est bien mieux. Et cela te permettra de tenir sur la longueur. 

Les méthodes d’apprentissage

Le mindmapping

As-tu déjà pensé à prendre des notes en dessinant ? Plus précisément, as-tu déjà pensé à prendre des notes en faisant des ronds, des flèches, avec seulement les mots-clefs ? C’est ce que le mindmapping propose. 

Le mindmapping expose les idées graphiquement, donc de manière plus claire que juste des phrases écrites les unes à la suite des autres. Son but ? Faciliter l’organisation de la pensée et donc la mémorisation grâce à une sorte de schématisation des informations, de manière productive (= tu dessines des ronds des traits et tu écris les mots les plus importants) et attractive (= ce n’est pas un amoncellement de mots que tu n’auras pas envie de relire plus tard).

Il permet plusieurs choses : 

  • synthétiser l’information : quand tu n’as pas beaucoup de place, tu n’écris que quelques mots. Ceux-ci seront les clefs pour te souvenir du reste. Pratique pour résumer un texte, par exemple.
  • mettre de l’ordre dans ta pensée : c’est l’idée de « cartographier » tes idées, ta pensée… 
  • prendre des notes : il faut probablement être un.e habitué.e de la prise de notes synthétique pour ça, mais en organisant bien ta feuille, c’est possible. 

Nos astuces pour réussir sa mindmap : 

  • les titres au max tu raccourciras
  • des couleurs tu utiliseras
  • des cercles tu dessineras
  • A quelques niveaux seulement (3 ou 4) tu te limiteras

Parler et reparler de ce que l’on sait

Concrètement, tu peux te parler à toi-même, ou aux autres. L’idée ? Réexpliquer ton cours avec tes propres mots. A partir du moment où tu en es capable, c’est que tu as compris ce que tu apprends, la base de la base quand tu veux retenir quelque chose.

La méthode des Flash-cards

Si tu as besoin de faire pour apprendre, tu peux appliquer la méthode des Flash Cards. Qu’est-ce donc ? Une carte recto-verso. Au recto, une question sur une notion, sur quelque chose que tu as à apprendre. Et au verso, tu peux lâcher ta créativité en mettant la réponse sous forme de dessin, de rébus… Puisque tu l’auras fait toi-même, tu apprendras d’autant mieux. 

Utiliser les 5 sens

Plus tu utilises ton ouïe, ton odorat, ton goût, ton toucher, tes yeux, mieux ce sera. Notamment si tu associes deux de ces sens ou plus.  

Par exemple, tu peux te relire à voix haute : dans l’idée d’utiliser les 5 sens, la technique de se relire à voix haute fait partie des méthodes que les auditifs (ceux qui vont retenir par les sons) vont utiliser. Et en plus, non seulement tu parles, donc tu es obligé de comprendre ce que tu dis, mais tu articules. Ton cerveau retient les mouvements. 

La méthode de la feuille blanche

Une méthode d’apprentissage est de réécrire (sans regarder !) tout ce que tu as retenu. Après, tu peux vérifier tes connaissances et reprendre là où c’est incomplet, imprécis…

Enfin, l’ancrage des informations dans la mémoire se fait en trois temps : 

La motivation : tu as un temps donné avec une matière, tu t’accorde avec ton cerveau pour être concentré.e durant ce temps-là. 

La compréhension : être concentré.e ne veut pas dire ne rien comprendre à ce que tu essaies d’apprendre ! Tu peux parler pour voir si tu comprends ce que tu dis, puis tenter de le réexpliquer avec tes mots propres. 

La mémorisation : une fois que tu as compris ce que tu veux apprendre, tu retiens beaucoup mieux. Mais attention, tout ne rentrera pas en une fois et il est nécessaire de ré-apprendre les informations que tu veux retenir régulièrement, afin qu’elles ne s’envolent pas trop vite après l’apprentissage. L’espacement dans le temps et la régularité sont les clefs pour une mémorisation efficace.   

Méthodes pour être efficace et ne pas faire de burn-out

La cohérence cardiaque

C’est une méthode dont le but est de retrouver son calme, que ce soit pour gérer son stress, ses émotions… Flash info, flash info ! Tu peux trouver ta cohérence cardiaque en 5 minutes et les effets durent environ 4 heures. Top, non ? 

La recette : tu t’installes sur une chaise, le dos bien droit… donc, qui ne repose pas sur le dossier. Puis : tu inspires pendant 5 secondes, puis tu expires pendant 5 secondes. Ces deux actions pendant 5 minutes. Idéal pour te calmer lors d’un passage à l’oral, d’un contrôle, d’une interro surprise… Et en plus ça améliore ta concentration et ta mémoire, incroyable mais vrai.

Alterner temps de travail et temps de relaxation

Le truc, avec l’apprentissage, c’est que ton cerveau n’est pas infaillible. Tu ne peux pas rester concentré pendant des heures, au bout d’un moment tu ne retiendras plus rien et ce sera inefficace. Du coup ? Tu alternes entre le temps où tu es méga-concentré.e sur quelque chose à apprendre. Quand t’as passé bien une demi-heure dessus, tu peux te lever, boire un verre d’eau, faire quelques pas, prendre quelques profondes inspirations, laisser ton cerveau vagabonder un peu… Puis repartir pour la prochaine demi-heure. Ça n’en a peut-être pas l’air, mais tu gagneras en efficacité avec cette méthode.

Lire et s’inspirer

Rester focus loin des ordinateurs, t’initier à la lecture rapide ou encore découvrir les traits de personnalité qui se cachent derrière tes protagonistes préférés, la lecture t’apportera bien plus que tu ne l’imagines… Retrouve tous ses conseils sur son compte Instagram ou son site internet 😉 !

Stud-ease

Laisser du temps au cerveau

Comme dit plus haut, ton cerveau, ta mémoire a besoin de temps pour bien retenir, notamment sur le long terme. Donc si tu ne retiens pas tout d’un coup, ce n’est pas grave. Laisse ton cerveau respirer, il va y arriver. 

Espacer les temps de révision

Pour cette méthode, tu travailles sur une matière pendant un temps donné et ensuite tu passes à autre chose. Tu pourras revenir dessus dans deux jours par exemple, histoire de voir ce que tu as retenu. Tu pourras ainsi réviser les connaissances pas totalement acquises. 

Hygiène de vie 

Manger équilibré, faire du sport, faire des pauses régulières… C’est important pour bien travailler, rester concentré et mémoriser. Ça peut paraître évident et pourtant ça reste une méthode conseillée.

Faire du sport permet de faire une pause, de se détendre mais aussi d'oxygéner son cerveau et donc d'apprendre mieux !
Faire du sport permet de faire une pause, de se détendre mais aussi d’oxygéner son cerveau et donc d’apprendre mieux !

Faire un planning

Être organisé, c’est bien, c’est pour ça que c’est bien d’avoir un planning de révisions et de s’y tenir. Tu peux y apporter des précisions, par exemple, te fixer des objectifs de mi-parcours. Par exemple : tu as le français à travailler. Au bout des deux premières heures, il faudra que tu aies totalement révisé les connaissances du premier mois. Ainsi, tu n’auras plus ensuite qu’à les relire avant de te coucher et le tour sera joué. Cette méthode peut être efficace avec certain.e.s et pas avec d’autres.

Une dernière méthode : reconnaître qu’on sature

Saturer n’est pas une faiblesse, c’est normal. D’ailleurs, si tu veux être efficace, il faut respecter ton cerveau et reconnaître qu’il ne peut pas tout le temps être au maximum de ses capacités. Quand tu satures, la première étape c’est de le reconnaître, et c’est souvent le plus dur. Une fois que la première étape est passée, prend le temps de faire autre chose, de dormir, de respirer, de voir des gens… C’est important de ne pas s’enfermer sur soi-même pour conserver un certain bien-être personnel et donc la forme. C’est une méthode basique, mais encore une fois, pas forcément si évidente.

Ok, maintenant que tu as le cerveau rempli de ces méthodes d’apprentissage et d’efficacité : va, cours, vole vers ton destin, mon ami.e ! La bise de Génération Zébrée ! 

Mémoire : comment ça marche ?

La mémoire
Temps de lecture : 4 minutes

Tu as du mal à apprendre tes cours par cœur alors qu’il semble que ce soit le meilleur moyen d’avoir de bonnes notes ? Oui, on sait, c’est compliqué la mémoire, mais Génération Zébrée arrive tel Zorro sur son cheval blanc et avec son chapeau pour t’expliquer comment apprendre en t’amusant. Il ne faut pas l’oublier : à la base, apprendre de nouvelles choses, c’est fun. C’est ainsi que l’être humain évolue, que le petit enfant apprend : grâce à sa mémoire ! En bref : voici quelques méthodes pour toi ! T’inquiète, ça va être génial à partir de maintenant. 

C’est quoi la mémoire ? 

La mémoire est la capacité de ton cerveau à emmagasiner, conserver et restituer ensuite des informations. 

Ce qu’il faut savoir en plus : il existe plusieurs types de mémoires. Elles vont toutes encoder et stocker des informations de différentes manières : l’une utilisera plus tes sensations, par exemple, l’autre te permettra d’avoir des automatismes, une autre encore te permettra de retenir une information pendant un court lap de temps… Chaque mémoire est située dans différentes zones du cerveau. A savoir également que si elles demandent différents réseaux de neurones pour marcher, elles sont tout de même connectées entre elles. Ce qui te permet d’avoir une mémoire assez complète. 

Pour les utiliser au mieux pour apprendre et retenir sur le long terme, un champion de la mémoire, Sébastien Martinez, révèle deux de ses méthodes. 

Méthode de mémoire #1 : SEL

Il y a d’abord la méthode que Sébastien Martinez appelle la méthode SEL, qui est l’acronyme de Sens, Enfance et Lien. Mais comment ça marche, te demandes-tu ?

D’abord, focalise-toi sur les domaines où tu n’as aucun mal à apprendre et essaie de comprendre : pourquoi ça marche ? Qu’est-ce qui te paraît logique dans ce que tu apprends et qui te fait retenir ? De quelle manière ton domaine de prédilection voit-il les choses : abstrait, concret ? Sans exemples ou avec ? C’est ainsi que tu obtiendras des indices sur la façon dont ta mémoire fonctionne naturellement.

Une fois que tu as tes premières réponses, il y a une deuxième chose à prendre en compte : l’attention. Ou autrement appelé la concentration, d’ailleurs. En effet, plus tu seras « là », c’est-à-dire présent.e, concerné.e par ton apprentissage et avec une vraie volonté de retenir, plus l’information que tu souhaites faire entrer dans ton cerveau pourra y rester. C’est ce qu’on appelle la mémoire de travail. 

Et maintenant, entrons dans le dur. 

C’est la méthode qui te fait créer des histoires pour retenir les infos dans ta mémoire. 3 étapes pour cela. 

S comme Sens : plus tu utilises de sens parmi les cinq à ta disposition (visuel, auditif, tactile, gustatif, sonore), plus l’information sera bien ancrée dans ta mémoire.

E comme Enfant : pour mémoriser ton cours, laisse ton imagination s’envoler, comme lorsque tu étais petit.e, et éclate-toi ! 

L comme Lien : mettre du lien entre chaque information. C’est-à-dire en fait, créer une chaîne d’informations qui se suivent logiquement afin de mieux les retenir, les ancrer dans ta mémoire. En utilisant des images, des associations d’idées ou des histoires, tu pourras ainsi créer ton propre mode de mémorisation. 

Par exemple, si tu veux mémoriser un cours d’histoire sur Napoléon, tu peux te déguiser en Napoléon, parler comme tu imagines que Napoléon le ferait, bref, jouer ton cours d’histoire. Tu peux même prolonger en mangeant comme Napoléon l’aurait fait, en te comportant comme lui tout en listant les batailles qu’il a menées dans sa vie. Plus tu rendras cela concret en t’aidant de tes sens, mieux ce sera. Tu auras également utilisé ton imagination d’enfant et les informations formeront des liens dans ton esprit. Tu auras en quelques sortes vécu ton apprentissage, il deviendra une de tes expériences propres. Ces scènes entreront dans ta mémoire.

Si la méthode SEL convient pour apprendre quelque chose comme une leçon pour un contrôle, la méthode SAC pourra ancrer durablement les informations. 

Méthode #2 : SAC

Sébastien Martinez explique que pour retenir une information sur le long terme, il faut créer dans ta mémoire un « lien solide » entre au minimum deux idées. Idéal pour apprendre du vocabulaire ou développer sa culture G, paraît-il. Par exemple, cette méthode pourrait t’être utile si tu souhaites t’orienter dans des domaines tels que le journalisme ou la communication, ou encore vers des écoles d’ingénieur.

3 étapes pour cela. 

S comme Sélectionner. Cela va te demander des qualités de synthèse, ce qui n’est pas mauvais du tout pour l’esprit et ta mémoire. En effet, il va falloir que tu te focalises sur les informations principales à retenir. Eh oui, tout n’est pas important dans ton cours… 

A comme Association. Cette information principale, il te faudra l’associer à quelque chose que tu connais, que ce soit tiré de ton imagination ou de ta logique. Dans tous les cas, ça doit être une association personnelle, en mode association d’idées (comme la 2ème étape de SEL). 

C comme Connexion. Enfin, une fois que tu as fait les différentes associations, il te faudra créer des connexions entre elles. Tu pourras ainsi créer une histoire afin de lier tous les éléments ensemble et les faire entrer dans ta mémoire.

Par exemple, en anglais, to bet veut dire parier. C’est la sélection. Qu’est-ce que t’évoque le fait de parier ? Et le terme « bet » ? C’est l’association. Enfin, tu peux inventer une histoire ou une phrase. Pour parier, tu peux penser à : « C’est bête de parier… Bet, bet, bet ! »

A garder en tête 1 : la mémoire, c’est comme un muscle, il faut l’entraîner pour qu’elle fonctionne mieux. 

A garder en tête 2 : le par cœur, c’est bien, mais attention à ne pas réciter ton cours quand ce n’est pas ce qui est demandé. Parfois, il faudra avoir compris un raisonnement, par exemple. La mémoire n’est pas forcément utile pour tout.

A bon entendeur.euse… 

Maintenant que tu as compris comment utiliser ta mémoire grâce aux méthodes Martinez, à toi de te les approprier, de les réviser, les appliquer… Autant de fois que possible. Puis ça viendra tout seul et tu vas gérer comme un.e pro. Génération Zébrée te souhaite de réussir à tout bien mémoriser à partir de maintenant !

Cet article t’a intéressé ? Alors n’hésite pas à consulter le blog Bouge ton Q qui te donnera davantage de conseils pour mieux apprendre tes cours !