La licence STAPS

Temps de lecture : 4 minutes

La licence STAPS, une formation pour tous les passionnés de sport… mais pas que !

La licence STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives) s’effectue en trois ans à l’université au sein des UFR STAPS. C’est une formation diplômante de niveau bac+3 qui te permet d’obtenir 180 crédits ECTS. A la fin, tu accèdes à un diplôme national de niveau II reconnu par l’État. 

L’objectif de la licence STAPS est de former des professionnels de l’animation et de l’encadrement dans le domaine des pratiques physiques et sportives. En effet, la formation est pluridisciplinaire et aborde un ensemble de matières scientifiques en lien de près ou de loin avec l’activité physique et le sport.

D’ailleurs en 2021 il s’agissait de la 5ème formation la plus demandée sur Parcoursup, en 2022 elle est la 8 ème place 🏅! Il est important de savoir que la licence STAPS est une filière en tension. Cela signifie que chaque année il y a plus de candidats que de places disponibles, tu dois donc réussir à te démarquer !

Ce que tu étudies en licence STAPS

Au programme, tu assistes à des cours en amphithéâtre. Tu as aussi des travaux dirigés (TD) en classe qui te permettent d’approfondir les cours et de poser toutes tes questions au prof. Enfin, tu appliqueras tes cours lors des travaux pratiques  qui auront lieu sur le terrain (salle de sport, piscine…). 

Une des particularités de la licence est qu’il y a énormément de stages à réaliser ! Dès la première année, tu dois obligatoirement faire un stage en milieu associatif et un autre  stage dans une école primaire afin de t’initier au face-à-face pédagogique. Ainsi l’objectif de la licence est de te transmettre des bases pour ensuite se spécialiser en master (4ème année). 

Suis nous sur Insta pour tout savoir sur les formations !

La licence est organisée autour des matières suivantes :

  • Matières scientifiques : sciences du vivant (anatomie, physiologie, biomécanique, etc.) et sciences humaines et sociales (psychologie, sociologie, etc.) 
  • Enseignements d’activités physiques sportives et artistiques
  • Histoire du sport
  • Education et motricité
  • Entraînement sportif
  • Management du sport
  • Ergonomie du sport et performance motrice
  • Droit

Quels sont les sports pratiqués en STAPS ?

Les sports sont très variés : natation, gymnastique, athlétisme, danse, haltérophilie, les sports collectifs (basket-ball, football, handball, volley-ball), les sports de combat (judo, savate boxe française, lutte, escrime), les sports de raquette (tennis, badminton).

Bon à savoir

  • Le taux de réussite en licence STAPS est assez faible. Il faut bien prendre en compte que les matières scientifiques représentent la part la plus importante des notes !
  • Voici le top 5 des universités qui possèdent les meilleurs taux de réussite en licence STAPS : l’université de Chambéry, Pau, Gustave Eiffel (77), Nantes et celle de Dijon.

Quels profils intègrent la formation STAPS ?

La licence STAPS s’adresse à tous les détenteurs d’un baccalauréat général. Toutefois, les bacs technologiques et professionnels ont aussi leurs chances, ce qui fera la différence c’est l’engagement dans la pratique sportive mais également dans le milieu associatif.

A noter : les profils passionnés et investis dans le milieu sportif sont très recherchés. Avoir une ou plusieurs expériences dans l’encadrement de public dans le milieu du sport permet de se rendre compte de l’aspect pédagogique.

En ce qui concerne les spécialités, nous te conseillons de privilégier les suivantes : 

  • SVT
  • Maths
  • Physique-chimie
  • Biologie-écologie 
  • Numérique et Sciences Informatiques
  • Humanités Littérature et Philosophie
  • Sciences Economiques et Sociales
  • Histoire-Géographie Géopolitique Sciences Politiques

Choisir une option EPS ou faire partie de la section sportive du lycée reste bien sûr un plus !

Comment intégrer la formation ?

  • En L1 (1ère année de licence) : l’admission en post-bac se fait via la plateforme Parcoursup, à noter qu’il s’agit d’une filière en tension, cela signifie que l’étude des dossiers est critique
  • En L2 ou L3 : l’admission est sur dossier pour les étudiants qui ont déjà effectué 1 ou 2 années d’études supérieures

Quels sont les débouchés en terme de poursuite d’études ? 

Après la licence une grande majorité des étudiants poursuivent leurs études avec un master comme par exemple :

  • Master Activité Physique Adaptée et Santé
  • Master Activités Physiques, Performance et Santé
  • Master Entraînement et Optimisation de la Performance Sportive
  • Master Exercice, Sport, Santé, Handicap
  • Master Ingénierie et Ergonomie des Activités Physiques et Sportives
  • Master Management du Sport
  • Master Management des Organisations Sportives
  • Master Préparation Physique, Mentale et Réathlétisation
  • Master Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation (MEEF) pour devenir professeur 

Quels sont les métiers possibles après la licence STAPS ?

Voici une liste non-exhaustive des métiers accessibles  après une spécialisation en master  :

Après un master en éducation et motricité

Après un master en entraînement sportif

Après un master en management du sport

  • Organisateur d’événements sportifs
  • Manager de carrières sportives
  • Responsable d’un établissement sport
  • Responsable sponsoring
  • Manageur d’équipe sportive
  • Médiateur Sportif

Après un master en ergonomie du sport et de la performance motrice

Après une licence activités physiques adaptées (APA) et santé

  • Educateur médico-sportif
  • Educateur spécialisé en APA 
métiers après une licence STAPS

Tu as aimé cet article ? N’hésite pas à consulter notre blog tu y trouveras des articles sur d’autres formations et les actus Parcoursup !

Le Bachelor Chef de Projet Digital

Temps de lecture : 4 minutes

Le Bachelor Chef de Projet Digital, une formation pour devenir un pro du digital ! 

Social Media Manager, UX designer, développeur web, traffic manager… les métiers du digital ça te tente ? Tu bouillonnes d’idées et tu as soif d’entreprendre ? Alors le Bachelor Chef de Projet Digital est fait pour toi 👩‍💻 ! Réparti en 3 années d’études après le bac, ce programme te permet de maîtriser les outils digitaux et qui délivre une qualification de niveau Bac +3.

Plusieurs écoles privées spécialisées dans la communication, le digital,  le web ou encore dans l’informatique proposent ce Bachelor. Certaines de ces formations te permettent, à l’issue des 3 ans de ce programme certifié par l’État, de recevoir un titre enregistré au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles). Suis nous sur Insta pour tout savoir sur les formations !

Ce que tu étudies en Bachelor Chef de Projet Digital

Le Bachelor Chef de Projet Digital en forme sur 3 ans à la conception de site web, au marketing digital, au design et à la création de contenus multimédia. 

Les 3 ans de formation en Bachelor Chef de Projet Digital sont organisés autour de différentes matières  :

  • Histoire du graphisme et culture design : identité de marque, culture et économie du web, découverte des métiers du web, techniques de créativité, sociologie et psychologie
  • Communication : stratégie de communication, social média (rédaction pour le web), e-réputation, atelier projet vidéo
  • Gestion de projet : conduite de projets digitaux (brief/budget/planning, cahier des charges, facturation et devis), management multi-projets, management d’équipe 
  • Fondamentaux du marketing : marketing stratégique, digital marketing, comportement consommateur et acheteur, visibilité et référencement, gestion et relation client
  • Outils graphiques et web : ateliers design web/portfolio avec Photoshop, Illustrator, Indesign, UX (ergonomie), storyboard, technique et montage son avec Premiere Pro
  • Développement et intégration :  atelier projet développement web (réalisation d’un site web portfolio), algorithmes et architecture de données, Javascript, PHP / MYSQL / HTML / CSS, CMS WordPress

En 1ère et en 2ème année, il s’agit  d’un tronc commun axé sur les fondamentaux du web ainsi que la gestion de projet : développement web, technologies numériques, communication, marketing, design, création, etc. 

L’alternance est généralement possible dès la 2ème année. De plus, tu te spécialises en 3ème année. A la fin de la formation, tu maîtriseras les techniques et les outils du digital pour répondre efficacement aux besoins en communication d’un client ou de ton entreprise, afin de proposer des solutions adaptées à la cible, à l’objectif et bien sûr au budget ! 

Quels profils intègrent la formation ?

La formation est accessible à tous les titulaires du bac et aux étudiants en réorientation ou en poursuite d’études.

  • En 1ère année (post-bac) : ouvert aux étudiants titulaires du baccalauréat général
  • En 2ème et 3ème années : ouvert aux étudiants titulaires d’un BTS Design Graphique option médias numériques ou un DUT MMI (Métiers du Multimédia et de l’Internet)

Nous te conseillons de privilégier les spécialités suivantes : 

  • Maths
  • Numérique et Sciences Informatiques
  • Sciences de l’ingénieur
  • Sciences Economiques et Sociales
  • Histoire-Géographie Géopolitique Sciences Politiques
  • Humanités Littérature et Philosophie

Comment intégrer la formation ?

En règle générale, pour ce type d’écoles la procédure d’admission se fait hors Parcoursup ! Cela signifie que les admissions se déroulent tout au long de l’année. C’est le cas par exemple pour Digital Campus, l’INTECH ou encore EDTA Sornas

Quels sont les débouchés en terme de poursuite d’études et de métier ?

À l’issue de la formation, tu peux poursuivre tes études pour développer tes compétences et obtenir un  diplôme de bac+5 en intégrant un master pour devenir un expert dans ton domaine. Voici quelques exemples de masters ainsi que des métiers qui recrutent :

Master en Webmarketing

Tu peux également te diriger vers des masters dans la création digitale tels que :

Master en UX Design

Master en UI Design / Web Design

Master en Motion Design

Tu peux consulter cet article si tu souhaites en savoir plus sur les écoles du digital… Maintenant, tu as toutes les cartes en main c’est à toi de jouer ! 

Comment choisir son école d’audiovisuel ?

école d'audiovisuel formation orientation
Temps de lecture : 5 minutes

Heyyy ça se passe le lycée, les études ? Si tu es ici, ça n’a rien d’un hasard, je suis sûr que tu commences à réfléchir à ton orientation ! Et oui, ton Parcoursup, c’est comment ? Tu sais où tu vas ? Tu veux tenter ta chance dans le cinoche ou le TvShow, mais tu sais pas trop trop ? En tout cas le domaine du son et de l’image ? Déjà, ça s’appelle l’audiovisuel ! Si ce milieu t’intéresse, tu tombes bien : on éclaire ta lanterne sur les écoles d’audiovisuel ! Alooooors, heureux·se ?

Qu’est-ce que l’audiovisuel ?

Commençons par une définition. Simple, basique. L’audiovisuel réunit le son (du latin audio, is, ire, écouter, entendre) et l’image (visuel, du latin video, es, ere, voir). On peut prendre en compte dans l’audiovisuel la radio, la télévision, le cinéma, les médias et Internet.

Qu’apprend-t-on en école d’audiovisuel ?

Une école d’audiovisuel te donnera une vision globale des métiers et possibilités de l’audiovisuel. Tu entreras en contact avec plusieurs spécialités de ce fantastique univers, à la découverte des créateur·ices de décors, aux monteur·euses, durant des formations de bac+2 à bac+5. Tu apprendras à écrire des scénarios de films, à réaliser des émissions, des documentaires, à filmer selon un angle précis, en contre-plongée, par exemple… Et d’ailleurs, ces formations te permettront bien évidemment de maîtriser le vocabulaire, ainsi que l’ensemble des concepts de l’univers de la production audiovisuelle comme un pro ! Et oui : très professionnalisantes par leurs modules et contenus, elles te donneront l’occasion d’aller sur le plateau pour pratiquer !

Les matières enseignées en école d’audiovisuel

Et plus concrètement, ça se passe comment ? Quelles matières rythmeront tes journées durant ces formations ? Quelles compétences y développeras-tu avant d’intégrer les tournages, les plateaux, studios, cabines de prises de son et autres espaces de post-production ? Et bien, l’art du tournage, la science du montage, le maniement et l’utilisation des perches son n’auront plus de secrets pour toi !  Au cœur des studios, tu auras l’occasion de te familiariser avec la réalisation sonore, la composition, les métiers de la télévision et son univers, l’infographie et le graphisme, les effets spéciaux numériques ou réels à travers la maquillage et l’accessoirisation, les arts du spectacle…

N’oublions pas aussi l’analyse filmique, l’étude de toute la culture associée au milieu (cinéma, musicale, journalistique, générale), l’histoire de l’audiovisuel et du cinéma, la compréhension de l’environnement économique de l’audiovisuel, de ses aspects réglementaires à travers une introduction au droit, la gestion de production, la retouche de l’image, la post-production, l’exploitation et l’utilisation des équipements et logiciels, la communication visuelle…

Tu peux le constater, les possibilités offertes par ces écoles sont multiples pour aller au bout de tous tes projets, qu’ils soient très créatifs, ou plutôt orientés vers la technique ! L’idée ? Plus tu auras des cours différents, plus tu pourras trouver ce pour quoi tu es fait·e spécifiquement… Après tout, il est évident que tu y trouveras de quoi t’épanouir !

Comment se passe la formation ?

Comme de nombreux parcours en école, ou même à l’université, les premières années sont les plus généralistes. Plus tu avanceras dans tes études, plus la spécialisation que tu auras choisie te mènera à une professionnalisation et une intégration rapide dans le monde du travail. Tu seras aussi amené·e à faire des stages en entreprise et l’alternance est également possible… Histoire de savoir ce qui te plaît le plus 😉 Par exemple, dans les écoles d’audiovisuel, il y a plusieurs grandes catégories, dont trois se distinguent particulièrement : Cinéma, Son et Journaliste Reporter d’Images (ou JRI pour les initié·es, c’est-à-dire quand tu fais des reportages audio et vidéo).

Comment entre-t-on dans une école d’audiovisuel ?

Parcoursup ou not Parcoursup ? That is the question…

On me dit dans l’oreillette que ces écoles sont assez sélectives en général : pour y entrer, tu dois réussir un concours qui testera ta créativité, ton niveau de culture générale et tes compétences techniques. Tu peux y accéder en post-bac ou à partir de bac+2 !  

Un petit mot sur les prix : généralement, les écoles publiques d’audiovisuel sont gratuites. Les écoles privées, quant à elles, affichent des prix pouvant aller de 4000 à 10 000 euros par an.

Quels métiers après une école d’audiovisuel ?

Grand·e journaliste sans peur qui ira courir en Ukraine façon Rémy Buisine pour informer les français·es depuis le terrain ? Super réal’ qui mettra brillamment en scène des scénar’ à en tomber des marches rouges du festival de Cannes ? Monteur·euse de vidéo qui transformera en or les prises de vues les plus laborieuses grâce à ses supers-pouvoirs de montage ? Who knows, really ? Un métier moins connu que ceux cités plus haut, comme : ingénieur·e du son, cadreur·euse, monteur·euse, chargé·e de post-production ? Ou encore, mixeur·euse, motion designer·euse ou prothésiste – maquilleur effets spéciaux ? Ou même, l’osera-t-on… famous YOUTUBER ? Maybe, maybe not… Dans tous les cas, c’est ton tur-fu et en tiens les rênes ! Let’s gooo !

Tu veux en savoir plus sur ces métiers passionnants ? Alors consulte nos fiches métiers en cliquant juste en dessous !

Focus sur… le bachelor plasticien maquilleur effets spéciaux de l’EICAR

D’abord, peut-être te demandes-tu : c’est quoi l’EICAR ? Tu t’en doutes peut-être mais breaking news : c’est une école d’audiovisuel ! D’après leur site internet, une école de cinéma et de télévision. Elle existe depuis 1972 à Paris, et plus récemment à Lyon. L’école s’est installée cette année sur 2 nouveaux campus flambants neufs. Les derniers étages du campus parisien offrent une vue imprenable sur la capitale. D’ici, tu aperçois le Sacré Coeur, la tour Eiffel… Et tu penses directement à tout l’héritage que notre Ville Lumières a laissé au cinéma ! C’est une école privée, qui prône et met en place une pédagogie axée sur l’expérimentation, l’autonomie des élèves pour mener leurs projets, grâce notamment à des emplois du temps aménagés pour favoriser le “learning by doing”, ce qui est plutôt une bonne idée dans une école d’audiovisuel. 

Récemment, en plus de leurs nombreuses autres formations, cette école a ajouté un “bachelor plasticien maquilleur effets spéciaux” à son arsenal. Cette formation qui “vous permet d’apprendre la mise en œuvre des concepts esthétiques adaptés aux besoins d’un projet audiovisuel” a pour objectif de te former aux techniques et méthodes nécessaires pour ancrer les volontés d’une direction artistique dans un projet audiovisuel, contribuant ainsi à son réalisme et à son ambiance !

En fait, si tu t’imagines grand·e maquilleur·se et créateur·rice de costumes sur le plateau de la Chronique des Bridgerton by Netflix, ou impliqué·e sur l’adaptation d’un roman à succès de science fiction, il semble que ce bachelor soit fait pour toi ! Continuons à examiner la présentation. Ce qui attire l’œil, c’est quand même cette phrase : pendant la formation, tu pourras apparemment “imaginer et créer l’aspect physique des personnages à travers le maquillage, la coiffure et les costumes, ainsi [que] concevoir les espaces fictionnels dans lesquels ces personnages évoluent.” L’idée, finalement, c’est de te permettre de concevoir des décors du corps et de l’espace de manière adaptée au scénario. Si on traduit : la direction artistique fera appel à tes compétences, à ta créativité, ta minutie et ton sens du détail pour retranscrire fidèlement l’imagination du réalisateur !  

Grâce à cette formation, tu pourras devenir : maquilleur·euse, prothésiste FX, posticheur·euse, directeur·ice artistique, créateur·ice de costumes, costumier·e, habilleur·euse, scénographe, ensemblier·e, assistant·e décorateur·ice, accessoiriste… 

Ce bachelor, particulièrement séduisant par le contenu de son programme de formation et son approche pédagogique, t’intrigue et t’intéresse ? Alors si tu souhaites en savoir plus à son égard (à son EICAR ? ), il y a le site internet de l’école que tu peux aller visiter, notamment cette page, qui regorge d’informations utiles. Je t’entends nous remercier… Mais de rien,  c’est un plaisir de t’orienter vers les meilleures formations 😉 Tu peux également consulter une super vidéo, réalisée pour découvrir le métier d’Elise, prothésiste maquilleuse effets spéciaux qui a suivi cette formation !

Comme toujours la team espère que cet article t’a plu et que ta lanterne est maintenant mieux éclairée qu’avant. Et, of course, on te dit toujours bon courage pour Parcoursup, les épreuves de fin d’année (même si on sait plus trop quand elles sont exactement, lol) et on ajoutera de ne pas oublier de se reposer parce que c’est hyper important ! La bise de la team Zébrée !

Comment faire un CV sur Parcoursup ?

Temps de lecture : 9 minutes

Tu es en pleine procédure post bac sur Parcoursup et tu bloques sur la rédaction de ton CV ? En effet, certaines formations sélectives demandent de compléter ton dossier Parcoursup par un CV. Pour tous les autres vœux, c’est la rubrique « Mes activités et centres d’intérêt » qui fait office de CV. Quoiqu’il arrive, Génération Zébrée te donne ses conseils pour rédiger un CV percutant !

Comment écrire son CV Parcoursup ?

Depuis le 20 janvier et jusqu’au 29 mars inclus, les élèves de terminales et certains étudiants doivent s’inscrire via Parcoursup afin de formuler leurs vœux. Toi aussi, tu es en plein dedans ? Tu te demandes comment rédiger un CV pour Parcoursup alors que tu n’es qu’en terminale, avec si peu d’expérience professionnelle ? Ne t’inquiète pas, il s’agit simplement d’un résumé de ton parcours et de ta personnalité.

Pour commencer le CV c’est un peu le résumé de ta vie ! D’ailleurs, pour te coucher ce soir moins bête sache que CV signifie en latin Curriculum Vitae. En général, le CV est exigé aux candidats lors de recherche de travail, tout comme la lettre de motivation. Un CV est également demandé par certaines formations afin de mieux connaître les candidats !

Que mettre dans son CV pour Parcoursup ?

Tout simplement, tu vas devoir te présenter en mettant en avant tes qualités et tes passions. Cela demande de prendre un peu de recul sur ton parcours ainsi que sur toi-même ! A travers ton CV, tu vas pouvoir montrer qui tu es en faisant ressortir tes traits de personnalité et tous les petits détails de ta vie (qui te paraissent sûrement peu importants mais qui le sont aux yeux du responsable de la formation). Ton objectif n’est donc pas de faire du remplissage mais simplement de présenter ton parcours et ta personnalité. Si ton projet professionnel est encore flou, découvre les formations possibles sur Génération Zébrée.

Comment structurer son CV Parcoursup ?

Il existe 2 types de CV : 

– la rubrique “Mes activités/centres d’intérêt” qui est facultative mais qui te permet de faire la différence.

– le CV classique qui est demandé par certaines formations sélectives parmi les pièces supplémentaires, c’est obligatoire dans ce cas pour confirmer le vœu.

La rubrique “Mes activités et centres d’intérêt” 

La fameuse rubrique « Mes activités/centres d’intérêt » te permet de compléter ton dossier de candidature sur Parcoursup. En effet, elle est facultative cependant il est important de la remplir pour te démarquer des autres, en enrichissant ton dossier d’une touche beaucoup plus personnelle !

Cette rubrique comporte 4 sous-rubriques : “Mes expériences d’encadrement ou d’animation”, “Mon engagement citoyen”, “Mon expérience professionnelle” et “Ouverture sur le monde”. Mais que faut-il y écrire quand on a que 17 ans et qu’on a jamais eu le moindre job ?!

Mes expériences d’encadrement ou d’animation

Cette zone est réservée à ceux qui ont un BAFA ou qui ont déjà eu des expériences concernant l’encadrement de jeunes enfants, animation en centres sportifs, baby-sitting, aides aux devoirs, scoutisme, organisation d’évènements… Il faut y préciser le nombre d’enfants ou de personnes encadrées, la structure d’accueil, les dates et durée de chaque expérience. Tu peux éventuellement ajouter tes motivations en expliquant ce qui t’a plu dans ces différentes expériences. 

Mon engagement citoyen

Bénévolat, service civique, association caritative (Secours Populaire, Croix-rouge), implication dans la vie lycéenne (MDL, CVL, délégué)… si tu fais partie d’une association ou d’un mouvement citoyen : à toi de préciser quelles sont tes motivations, qu’est-ce qui t’as poussé à rejoindre ce mouvement, pourquoi as-tu choisi de t’engager ? 

Tu peux préciser aussi les actions que tu as réalisées (projet concret, impact…) ainsi que la durée, le lieu, le nom de l’association, etc… Même si l’expérience a été très courte : un ou deux jours. Il est important surtout de montrer ce qu’elle t’a apporté et ce qu’elle a changé dans ta personnalité, ton envie de carrière ou choix de formation…

Expérience professionnelle

Ajoute aussi des projets personnels qui se rapprochent du monde de l’entreprise : jobs d’été, participation à des forums d’orientation, création d’un site, projet photo … N’oublie pas ton stage de 3e ou 2nde. Sois précis sur tes expériences, il n’y a aucune tâche insignifiante. Par ailleurs, si une expérience t’as permis de t’orienter vers un secteur ou un métier, il est important de le préciser ici pour montrer au jury de formation ta motivation.

Ouverture sur le monde (pratiques sportives et culturelles, parcours spécifiques)

Tu adores le foot, la musique, les échecs ? Parfait mais il faut être précis : détaille quel poste, les nombres d’années, les qualités que ça t’a apporté. C’est également une rubrique très large où tu peux ajouter des expériences spécifiques comme la participation à des parcours spécifiques comme l’indique le site Parcoursup (parcours d’excellence, compétition de mathématiques…) ou encore la pratique de langues étrangères non étudiées au lycée, séjours à l’étranger…

P.S : Parcoursup rempli par défaut l’ensemble de tes coordonnées pour ton CV (nom, prénom, téléphone, mail…). Tu as donc une chose en moins à faire, sympa non 😉 ?

Quelques conseils pour rédiger la partie :  Toutes les rubriques ne sont pas à remplir obligatoirement.  Il s’agit d’une trame pour t’aider, n’aies pas peur de laisser vides certaines rubriques. Attention il faut être direct et synthétique pour avoir une chance d’être lu ! Le format est imposé sur Parcoursup (1500 caractères max pour chaque rubrique) mais il est possible d’écrire différemment selon ton profil (très succinct et avec des caractères spéciaux types « / » pour séparer les expériences quand c’est un professionnel qui fait une reconversion par exemple).

Le CV  “classique” 

Le CV traditionnel est surtout demandé par les formations en apprentissage (CFA, IUT, lycée professionnel ou agricole etc.). Pour le rédiger , il te faudra remplir les 5 rubriques proposées par la plateforme à savoir : « Formation », « Compétences », « Expérience professionnelle », « Langues » et « Centres d’intérêt ». 

Cependant tu peux structurer ton CV comme bon te semble ! Si tu le souhaites, tu as la possibilité de supprimer certaines rubriques telles que « Compétences », « Expérience professionnelle » et « Centres d’Intérêt ». En réalité, seules les rubriques « Formation » et « Langues » sont obligatoires.

Tu peux aussi ajouter une rubrique si tu le penses utile à ta candidature, à toi de choisir le nom que tu souhaites lui donner. Mais attention, il faut que ces changements mettent en valeur ton profil. 

Que mettre dans les rubriques du CV ?

Comme dans tous les CV, pense à bien classer tes formations et expériences professionnelles, en commençant par la plus récente et en terminant par la plus ancienne. Voici un aperçu de ce que tu peux écrire dans les parties « Formation » et « Compétences » :

Formation

  • Dans cette partie tu vas pouvoir indiquer ton niveau actuel (terminale) avec les spécialités et options que tu as choisies, tout en précisant bien le nom et l’adresse du lycée. Si tu le souhaites, tu peux mentionner tes options et spécialités en classe de Seconde et Première, à condition qu’elles apportent quelque chose en plus.
  • Ajoute aussi tous les diplômes que tu as obtenu, par exemple le Diplôme National du Brevet et n’oublie pas de préciser la mention (si tu en as eu une). Tu as la possibilité d’indiquer tous les autres diplômes que tu juges pertinent afin d’appuyer ta candidature, tels que le BAFA, le permis de conduire, le BSR… 

Compétences

  • Mets le paquet pour cette partie et indique toutes les compétences essentielles que tu possèdes et que tu as développées lors des différentes expériences scolaires et/ou extra-scolaires. Elles peuvent être diverses et variées.  Par exemple, si tu maîtrises certains logiciels (Word, Excel, Photoshop…), les réseaux sociaux (Facebook, Instagram…), les langages informatiques (HTML, CSS, Java…). Tu pourras évidemment évoquer tes compétences linguistiques  (nombre de langues parlées, ton niveau, etc). D’ailleurs, si tu as une passion n’hésite pas à la mettre en avant ! 
  • Tes compétences peuvent également être :
    • sociales, telles que l’esprit d’équipe, bon communicant…
    • méthodologiques, comme l’organisation, la gestion du temps…
    • personnelles, comme la capacité d’adaptation, la créativité….
  • Pour chacune des compétences citées, il est important de préciser dans quel contexte tu l’as utilisé. Cela permettra de prouver le développement de cette compétence au responsable de formation.
    Exemples :
    1. La création et la maintenance de mon blog me permettent de constamment améliorer mes compétences en termes de création et gestion de site web.  
  • 2. Ma pratique de nombreux sports collectifs, tels que le football ou le rugby, démontre mon fort esprit d’équipe.

Le fond et la forme

C’est la première fois que tu fais un CV ? Pas de panique, Génération Zébrée te donne ses conseils pour qu’il te représente parfaitement ! Nous conseillons de miser sur la qualité plutôt que la quantité afin de créer un CV Parcoursup efficace. Inutile de t’inventer une autre vie… en effet, l’important est de choisir les meilleurs éléments qui parlent de toi sans mentir !

Sache que le fond et la forme sont tout aussi importants. La forme de ton CV maximise tes chances d’obtenir un grand « oui » de la part des formations ! Les établissements ainsi que les jurys qui examinent les dossiers sont plus attentifs à un CV attirant visuellement qu’à quelques lignes noires sur fond blanc…

En effet, si le fond reste souvent le même quelle que soit l’école à qui tu l’envoies, la forme peut changer ! Par exemple, n’hésite pas à reprendre les couleurs ou un élément graphique de l’établissement. Tu peux appliquer ce conseil pour tous les types d’établissements où tu postules. Ne te contente pas d’un document tout simple… Sois inventif si la formation demande cette qualité ! Tous les designs de CV sont possibles.

Quelques conseils pour rédiger ton CV

Voici quelques astuces supplémentaires qui te serviront, que tu complètes la rubrique « Mes activités et centres d’intérêt » ou bien ton CV personnalisé.

Pense au lecteur 

Lorsque tu listes les lignes que tu souhaites mettre en lumière sur ton CV, il est important de te demander ce que le jury aimerait lire. Par exemple, si tu postules pour une école d’ingénieurs, n’hésite surtout pas à faire une petite liste des professionnels que tu as eu l’occasion de rencontrer aux Journées Portes Ouvertes : montre que tu t’intéresses à ce domaine de formation depuis plus d’une heure 😉 …

Tu n’as pas d’expérience, ce n’est pas grave !

Si tu n’as pas beaucoup de lignes sur ton CV Parcoursup : ce n’est pas grave du tout ! C’est très rare d’avoir un CV très fourni à 17 ans…  Le jury est conscient que tu n’es qu’en terminale et que ta vie professionnelle ne fait que commencer !

Ne compare pas ton CV aux modèles d’internet qui proposent des documents pour la recherche d’emploi. Il est logique que le tien soit moins complet. En effet, ce sont tes expériences extra-scolaires qui t’aideront à te présenter.

Personnalise ton CV pour te démarquer !

Le CV Parcoursup c’est un peu un reflet de toi-même, de qui tu es  professionnellement, mais aussi personnellement. Nous te conseillons ainsi de bien lister en amont sur une feuille tout ce que tu as fait de marquant. Tu as gagné des compétitions sportives ? C’est le moment de le notifier… Tu es bénévole dans une association ? Indique-le dans ton CV car il doit présenter ce que tu as accompli dans le cadre scolaire, mais également tes passions. Il est important de montrer qui tu es réellement.  

Autre exemple : si tu as fait des voyages, cela montre que tu as une bonne ouverture d’esprit  ; si tu fais un sport d’équipe, tu es capable de travailler en groupe… tant d’autres exemples sont possibles ! Tu peux aussi mettre en avant les jobs d’été que tu as effectués. 

P.S : si tu le souhaites, tu peux joindre une photo professionnelle (on évite les selfies de tes soirées endiablées…) de toi en haut de ton CV.

Relis-toi bien !

Les fautes… rien de plus agaçant pour une personne qui va lire ton CV. Parfois, un « s » qui manque ou un mot mal orthographié sautent directement aux yeux du lecteur… Pour mettre toutes les chances de ton côté, relis-le plusieurs fois et fais-le relire ! Il est très important de montrer ton implication avec un CV sans fautes.

Comment envoyer son CV via Parcoursup ?

Deux méthodes te permettent d’envoyer ton CV via Parcoursup. Tu peux remplir directement les cases proposées sur la plateforme dans la rubrique  « Mes activités / mes centres d’intérêts ». Cela concerne tous les candidats, quelque soit le cursus envisagé. En effet, la rubrique Activités et centres d’intérêt est envoyée à toutes les formations ajoutées à tes voeux automatiquement le 8 avril.

L’autre méthode concerne uniquement certains établissements sélectifs, en particulier pour les cursus en apprentissage. En effet, l’apprentissage repose sur une alternance entre les cours et des journées de travail en entreprise. Il faut donc savoir se vendre auprès d’un employeur, et quoi de mieux qu’un CV pour mettre en avant ton parcours et tes compétences ?

Dans ce cas, tu dois fournir un CV personnalisé au format PDF que tu auras préalablement préparé sur un logiciel comme Photoshop, Word, Canva ou autre. Pour joindre ton CV, après l’ajout d’un voeu tu dois cliquer sur « déposer » dans les documents complémentaires.

Si tu réalises un CV personnalisé

Si tu choisis de joindre un document et non de passer par Parcoursup, le jury va s’attendre à un document avec une meilleure qualité visuelle. Dans ce cas, n’hésite pas à ajouter des couleurs, des éléments, une police à ton goût, etc. Attention à ne pas en faire trop et  évite les fautes de goût ! Si tu es une personne dynamique, montre-le avec la forme. Là encore, ton CV est le reflet de ta personnalité. Tu n’es pas  un graphiste dans l’âme ? Des sites simples d’utilisation comme Canva peuvent t’inspirer !

Petit rappel : la création du CV Parcoursup n’est demandé que si tu as sélectionné un vœu pour lequel l’établissement demande un Curriculum Vitae. Dans le cas inverse, il est tout à fait normal que tu n’aies pas accès à cette fonction.

Tu dois faire le lien entre ton parcours, tes qualités, tes envies et ton choix de formation ; en citant les aspects de la formation qui te séduisent et qui t’ont attiré. Pour t’aider, tu peux faire quelques recherches sur le site internet de l’école ou lire sa plaquette de présentation. Le mieux, c’est de t’inscrire à une journée portes ouvertes ou une journée d’immersion. Cela prouve ta motivation à suivre ce cursus !

Bravo ! Tu es arrivé à bout de cette étape un peu délicate du CV Parcoursup… Maintenant, il te reste à rédiger ton projet de formation motivé pour chacun des voeux que tu souhaites confirmer. Pour t’aider, découvre tous les secrets d’une lettre de motivation réussie sur Génération Zébrée ! Promis : ensuite il ne te restera plus qu’à confirmer tes voeux puis à… attendre les résultats d’admission !

Etudier au Canada : la grande aventure…

Temps de lecture : 8 minutes

Découvrir de nouveaux paysages, une nouvelle mentalité, un mode de vie atypique et surtout une nouvelle façon d’apprendre. Et si Montréal était ta prochaine destination étudiante ? Etudier au Canada représente une expérience unique. Chaque année plus de 300 000 étudiants passent le pas, ce qui en fait la 3e destination mondiale pour étudier. Parmi eux, plus de 26 000 étudiants français tentent l’aventure.

Pas étonnant lorsque l’on sait que la langue n’est plus une barrière pour partir étudier à l’étranger, que les universités y sont prestigieuses, la vie étudiante chaleureuse et surtout que les loyers des résidences étudiantes ou des appartements sont moins chers que les loyers français. La météo y serait même agréable !

Etudier au Canada : deux étudiantes témoignent !

Pour en témoigner, Génération Zébrée a fait la rencontre de Marine et Anaëlle, deux jeunes expatriées françaises parties étudier dans l’école de commerce HEC Montréal. Deux parcours et deux ambitions différentes, en tout cas un seul coup de coeur en commun pour Montréal !

Pierre, étudiant français sur le campus d’Oxford (Royaume-Uni) te parle également de son choix pour les études de commerce à l’étranger et te partage ses conseils.

Préparer son séjour pour étudier au Canada

Pour étudier au Québec, tu devras t’assurer d’avoir trois documents importants dès lors que tu recevras ta lettre d’admission : un passeport valide, un certificat d’acceptation du Québec à obtenir sur le site Immigration Quebec et un permis d’études sur le site canada.ca. Informe toi également sur l’assurance maladie pour les étudiants étrangers, au cas où tu attraperais un petit rhume la-bas. Il y fait jusqu’à -34 degrés, un record !

Pour le logement, il est demandé d’arriver deux semaines avant le début des cours pour faire tes recherches, ainsi tu n’auras pas de mauvaises surprises. Privilégie la colocation pour faire des rencontres et partager les frais ou bien les résidences étudiantes, elle sont toujours très bien placées dans le campus.

Veille à orienter tes critères de recherche en fonction de la proximité des transports en commun, de l’école, des commerces. Sois également attentif aux services inclus ou non dans le loyer : le chauffage, l’eau chaude, l’électricité, le téléphone, internet… Pour t’aider à préparer ton budget, tu peux t’appuyer sur l’étude réalisée par le site Etudionsaletranger 😉 .

Tu ne sais pas comment financer ta scolarité et ton séjour au Canada ? Il existe un système complet de bourses accessibles aux étudiants français. Certaines sont attribuées directement par les écoles ou universités, et d’autres sont délivrées par le gouvernement canadien. Il est également possible d’avoir un petit job étudiant pour compléter !

«  Les logements ne sont pas chers et souvent spacieux ! Pour un appartement de 75 mètres carrés, je paye 420 euros en collocation avec une autre étudiante Française à HEC Montréal. (…) Montréal est une ville super pratique quand tu es étudiant, par exemple les commerces ainsi que les différents services ferment tard, tu peux donc faire tes courses à 22h ou encore aller à la banque un lundi ! » Marine

« Les 2 dernières années je payais 530 euros tout compris dans une superbe colocation juste à côté de l’école. J’ai été en colocation avec une Franco-Sénégalaise, une Brésilienne et une Franco-Marocaine. Il y a beaucoup d’étudiants ayant une nationalité francophone, j’ai même connu des Tahitiens ! D’ailleurs en classe préparatoire, il y a beaucoup de nationalités différentes !»

A noter qu’il est possible de contracter un prêt étudiant, il y a des accords entre la France et le Québec qui permettent de payer l’école de commerce HEC Montréal au même prix qu’une école de commerce parisienne.

Etudier au Canada : un autre modèle d’enseignement

Un rythme de cours très différent

Si tu viens d’obtenir ton bac et qui plus est avec mention, les universités te tendent les bras ! Tout d’abord, tu commenceras par une année préparatoire dans laquelle tu découvriras un nouveau pays, mais surtout un nouveau modèle d’enseignement.

Lors de cette année tu n’auras cours que 15 heures par semaine, soit 3 heures par jour. Cependant, tu devras préparer tes cours en avance afin de permettre un temps d’échange, d’exercice et de questions avec le professeur pendant le cours. Il te faudra donc être autonome et surtout curieux au moment d’approfondir les notions vues dans le cours.

« Mon année préparatoire m’a permis de me mettre dans le bain, il y a même des cours de gestion de stress pour aider les étudiants dans leur apprentissage ! » Anaëlle

Cette année préparatoire est également l’année lors de laquelle les étudiants s’acclimatent à ce nouvel environnement chaleureux mais très froid ! En témoigne Anaelle :

« Les conditions climatiques ont été difficiles à vivre les deux premières années mais on s’y habitue, il y a même des activités en hiver comme des matchs de hockey et des cours de zumba dans la neige, c’est génial ! En tout cas on a l’équipement pour lutter contre le froid. »

Enfin, ce type d’organisation permet d’avoir des activités à côté des cours : que ce soit un petit boulot pour contribuer aux frais de tous les jours, un engagement associatif ou tout simplement profiter de la vie étudiante !

Les étudiants optent en général pour un job étudiant étant donné qu’ils n’ont que 3h de cours par jour. Ce job leur permet ainsi de subvenir financièrement à leurs besoins voir de se rapprocher de leur coeur de métier dans le cadre d’une auto-entreprise ou d’une business association par exemple.

HEC Montréal

S’ouvrir à l’international

Au cours de l’année tu auras également l’occasion de profiter d’échanges étudiants. Tu pourras donc soit partir 6 mois à l’étranger comme c’était le cas pour Marine ou bien partir 2 semaines à l’occasion du cours Campus International, c’est un séjour lors duquel les étudiants découvrent la culture d’affaires d’un pays. Tu participeras à des rencontres avec des cadres dirigeants, des représentants gouvernementaux, des conférences universitaires et également des activités pratiques visant à l’intégration des connaissances. 

“ Lors de ma 3ème année à HEC Montréal, nous étions une vingtaine à partir au Brésil, le thème abordé était l’écotourisme communautaire, nous avons donc rencontré les acteurs principaux et travaillé autour de ce sujet durant notre séjour. “

Les mois passés à HEC Montréal ou dans les écoles partenaires à l’étranger permettent d’avoir une véritable expérience internationale : les 13 000 étudiants d’HEC Montréal viennent de plus de 150 pays !

“ Pour ma part, j’ai fait un échange de 6 mois à Hong Kong en 2ème année, j’ai donc suivi les mêmes cours qu’à HEC Montréal, mais en Asie sur deux trimestres. D’ailleurs les cours sont très bien retranscrits ! Je suivais les cours du tronc commun en choisissant 5 cours par session, il y avait 2 sessions dans une année. J’étais spécialisée en affaires internationales. “ Marine

Des spécialités hyper variées

Avant cela, les étudiants suivent uniquement un tronc commun afin de choisir au mieux la spécialité qui leur convient. Ils ont notamment le choix parmi plusieurs spécialités : Affaires internationales, Analytique d’affaires, Comptabilité professionnelle, Économie appliquée, Entrepreneuriat, Finance, Gestion des opérations et de la logistique, Gestion des ressources humaines, Management, Marketing

Quoi qu’il en soit, la 3ème année est sûrement la meilleure d’après Anaëlle : “Si tu aimes ta spécialité, tu prendras du plaisir. Il y a différents cours par matière, accessibles via une plateforme dédiée, la liste des cours est disponible sur le site web, c’est très intuitif. (…) Dans les spécialités tu es en plus petite classe, donc la proximité avec l’intervenant est idéale pour échanger et avoir les réponses dont tu as besoin. Pour ma part j’étais spécialisée en marketing et également en gestion de projet.”

Bien que HEC Montréal forme ses étudiants aux grandes entreprises, une partie du cursus est consacrée à la gestion de PME ou encore au Marketing des Arts et de la Culture, un cours pendant lequel les étudiants visitent par exemple un théâtre ou encore le Grand Palais Canadien. Il y a également des cours d’entrepreneuriat pour ceux qui seraient intéressés par le format start-up / auto-entreprise.

La vie étudiante idéale

La ville de Montréal est une ville très étudiante, il y a 6 grosses universités et des “colleges”. D’ailleurs HEC Montréal, l’Université de Montréal et Polytechnique partagent un immense campus dans Montréal, il y a donc énormément d’événements organisés par les écoles et par la ville. 

“ Le CEPSUM par exemple, c’est un centre d’éducation physique et sportive immense dans lequel les athlètes des Jeux Olympiques s’entrainaient. Depuis ce centre appartient aux universités, les étudiants peuvent donc s’entraîner et assister à des événements sportifs dans ce beau complexe ! (…) ”

Tu vivras une vie étudiante rythmée par le sport, mais également par le temps. Tu l’auras compris, au Québec il fait froid et ça a son lot d’avantages ! Le Mont Royal est juste à côté de HEC Montréal, tu peux y faire de la luge, du ski de fond et même du patin sur le lac gelé. Montréal est une ville magnifique, très lumineuse et super agréable, il y fait froid mais il y a souvent du soleil et il n’y pleut pas souvent témoigne Marine.

HEC Montréal incite également ses étudiants à rejoindre différentes associations. De l’équipe de voile au Groupe Humaniterre, chargé de faire le lien entre le développement durable et le monde des affaires, tu pourras même intégrer Expression, l’association ambassadrice de l’Art et de la Culture au sein de la communauté étudiante ou l’association danse.

“J’étais dans une association sur la géopolitique, j’adore ça ! Les associations sont comme des minis entreprises finalement. Pour postuler tu dois faire une lettre de motivation et passer des entretiens mais une fois intégré, tu fais des réunions, tu va chercher des commanditaires, des partenaires… Tu as donc des vraies responsabilités, c’est formateur !” Marine

Etudier au Canada… et après ?

L’essentiel lorsque l’on étudie à l’étranger, c’est de bénéficier d’un diplôme reconnu à l’international (et notamment en France) à la fin de tes études. HEC Montréal possède justement les 3 agréments internationaux : AACSB, EQUIS et AMBA.

Sans parler de l’ampleur du réseau d’anciens élèves qui te permettra une insertion professionnelle dans les domaines liés à ta spécialité. HEC Montréal compte plus de 82 000 alumni ! HEC Montréal organise énormément d’événements d’entreprises, des cocktails de réseau, tu pourras donc te rapprocher de personnes importantes en entreprise pour trouver un stage ou un emploi après l’école.

Le système de stages

Si nous n’avions pas abordé le sujet des stages tout au long de ces retours d’expériences, c’est pour une bonne raison. Chez HEC Montréal, les stages sont généralement réalisés une fois diplômé sur une ou deux années ou en temps partiel tout au long de l’année, sinon ils viennent en remplacement des cours auquel cas un rapport de stage devra être effectué.

“Une fois diplômé j’ai obtenu un permis de travail pour remplacer mon visa étudiant à la fin de mes études, ce dernier m’a permis de rester au Canada 3 ans de plus. (…) J’ai commencé à travailler chez Montreal International, une agence de développement économique visant à attirer les investisseurs étrangers, et implanter de nouvelles entreprises dans le secteur informatique ou encore de l’intelligence artificielle au Canada. Ce travail était donc idéal compte tenu de ma spécialisation en affaires étrangères !” Marine

“De mon côté j’ai effectué 2 stages en Israël à la suite de mes études, l’un dans une start-up commercialisant du vin sans intermédiaire entre le vigneron et le consommateur et l’autre à l’office de tourisme. J’ai ensuite eu une expérience à Paris en tant qu’assistante chef de projet chez Hopscotch au département Travel et Hospitality. C’était très enrichissant…”

Étudier à l’étranger : comment s’y prendre ?

Temps de lecture : 5 minutes

Apprendre une langue, rencontrer de nouvelles personnes, sortir de ta zone de confort, grandir… Toi aussi, tu rêves de partir ? Étudier à l’étranger est une expérience unique qui te permettra d’être à l’aise très rapidement dans la langue de ton choix et découvrir une nouvelle culture.

Tenter l’aventure à l’autre bout du monde est une décision stimulante. Génération Zébrée t’embarque, direction “les études à l’international” !

Pourquoi choisir d’étudier à l’étranger ?

Les jeunes étudiants français sont de plus en plus nombreux à partir étudier à l’étranger, principalement dans des pays francophones ou frontaliers. En effet, étudier dans un autre pays est un excellent moyen de booster ton cursus scolaire et universitaire ! 

Cependant partir dans un autre pays requiert une bonne dose de courage et d’engagement ;). Si tu hésites à partir à l’aventure, sache qu’étudier à l’étranger offre de nombreux avantages par exemple, tu auras la possibilité de :

  • découvrir une culture différente
  • apprendre une nouvelle langue
  • rencontrer d’autres étudiants venus du monde entier
  • devenir indépendant et autonome
  • ouvrir les portes d’un monde professionnel plus large
  • faciliter tes futurs projets de voyage
  • raconter ton expérience et surtout le mettre dans ton CV

Que tu  souhaites t’immerger au cœur de la langue espagnole sur les plages de Barcelone ou entreprendre une carrière dans les affaires à Londres, il te faudra apprendre une langue, découvrir une culture et élargir tes opportunités professionnelles. Etudier en Europe, en Asie ou aux Etats-Unis te permettra d’accéder à des écoles situées dans les villes les plus excitantes au monde. Alors, prêt pour vivre une incroyable expérience à l’international ? 

Comment étudier à l’étranger ?

Il existe trois solutions différentes pour faire tes études l’étranger après le bac. Tout d’abord, tu as la possibilité de t’inscrire dans une université française et participer à un programme d’échange (Erasmus par exemple). Sinon, tu peux t’inscrire directement dans une université à l’étranger. Tu peux aussi t’inscrire dans une université française et choisir d’effectuer un double-diplôme.

Etudier dans un établissement en France et postuler à un programme d’échanges

Après ton bac, tu peux aussi choisir d’aller dans une université ou une école supérieure française et tenter par la suite, de partir étudier jusqu’à un an dans une université étrangère partenaire de ton établissement en France.

Trouver la formation de mes rêves !   

A l’université, étudier à l’étranger peut se faire via le biais d’Erasmus pour de nombreux pays européens. Erasmus peut en effet te permettre de poursuivre tes études en intégrant une université à l’étranger. Tu continues ainsi à étudier ta discipline dans une langue étrangère, en immersion totale. Le programme Erasmus se prépare bien en avance. Tu peux commencer par vérifier les démarches, les aides ou les pays accessibles.

Tu peux aussi passer par les accords entre ton université ou ton école française et des partenaires internationaux. Cependant chaque année le nombre de places disponibles est limité. Ce n’est pas parce que tu intègres un établissement proposant d’étudier dans tel ou tel pays que tu seras automatiquement sélectionné pour partir.

Si tu veux étudier à l’international sans passer par Erasmus

Il est tout à fait possible de partir à l’étranger sans passer par le programme Erasmus. Beaucoup d’universités ont scellé des partenariats avec d’autres institutions à l’étranger, en Europe et hors d’Europe, et qui ne passent pas forcément par le programme Erasmus. Par exemple, l’université de Montpellier, de Poitiers de Bourgogne, etc. Attention, à bien se renseigner auprès de ton administration.

S’inscrire dans une université à l’étranger

Tu peux aussi décider de partir plus longtemps et d’obtenir ton diplôme à l’étranger. T’inscrire dans une fac ou une école hors de France est tout à fait possible. Selon le pays et le cursus choisi, les frais ne seront pas les mêmes. En Europe, tu peux privilégier des pays comme la Belgique, les Pays-Bas ou l’Allemagne où les frais liés à l’université et les loyers sont relativement bas (mais ne te limite pas uniquement à ces pays, encore une fois ce n’est pas exhaustif !).

Choisir un double-diplôme

Enfin tu peux opter pour un cursus intégré. Il s’agit de formations menées conjointement par plusieurs établissements, dans plusieurs pays. Si tu es sélectionné pour intégrer une formation de ce type, tu seras sûr de partir à l’étranger durant ta scolarité et tu recevras un diplôme-conjoint (un seul diplôme validé par tous les établissements) ou un double-diplôme (deux diplômes, l’un de l’établissement français, l’autre de l’établissement partenaire à l’étranger).

Quelques conseils pour réussir son voyage

La clé pour des études à l’étranger réussies, c’est bien sûr l’anticipation et la préparation ! La première chose à faire, c’est de te renseigner sur les pays et les villes d’accueil proposés par ton école ou ton université. Même si à première vue une destination te semble intéressante, y vivre et y passer des vacances est très différent ! 

Pour bien choisir ta destination, fais une sélection minutieuse en te basant sur : des témoignages d’autres étudiants, des blogs dédiés à cette thématique comme etudionsaletranger.fr, des forums, etc. Fais également des recherches sur la culture locale pour ne pas être trop surpris dans le cas où le mode de vie du pays est très différent du tien. 

Les points à vérifier avant de partir étudier à l’étranger

Concernant les démarches administratives, tu vas devoir te plier aux spécificités du pays en question. Renseigne-toi bien sur les points suivants :

  • Passeport : selon ta destination, tu peux avoir besoin d’un passeport. Si tu voyages en dehors de l’Union Européenne, il est obligatoire. 
  • Visa : pour faire tes études à l’étranger, certains pays demandent un visa étudiant. Pense à bien t’organiser en avance, car cela nécessite des démarches supplémentaires, des frais,  un délai de traitement et parfois une visite en personne à l’ambassade en question.
  • Logement : la question du logement est cruciale, et il est souvent difficile de trouver un toit à distance. Les problèmes d’arnaques liés au logement sont très fréquents. Renseigne-toi sur les partenariats de ton université. Il existe des plateformes internationales de logements en partenariat avec de nombreux établissements dans le monde. 
  • Assurance santé : à l’étranger, ta Sécurité sociale ne fonctionnera pas comme en France, voire pas du tout. Attention à bien penser à une solution d’assurance pour des éventuels frais médicaux sur place. Certaines destinations rendent cette assurance obligatoire. 
  • Vaccins : vérifie si certains sont obligatoires pour entrer dans ton pays de destination.
  • Budget : prépare un budget pour ton séjour. Partir à l’étranger représente un coût que tu dois estimer et anticiper. Préparer un budget pour tes études à l’étranger te permettra de vous organiser, et pourquoi pas de faire les demandes d’aides financières. Un budget mal évalué sera une source de stress supplémentaire…
  • Aides financières : il est conseillé de se renseigner tôt, tant pour réfléchir à ton budget que pour remplir les dossiers de demandes.

Quelles bourses existent pour partir à l’étranger ?

Selon ton profil et ta destination de voyage, il est possible de bénéficier de plusieurs aides cumulées :

– la bourse Erasmus+ : entre 150 et 450 € par mois selon ton pays de destination et ton statut (étudiant ou stagiaire) 

– une bourse de ta région, département ou commune 

– la bourse sur critères sociaux du CNOUS (centre national des œuvres universitaires et scolaires), cumulable avec toutes ces aides 

l’aide à la mobilité internationale : 400 € par mois (le nombre de mensualités accordées est décidé par l’établissement), pour les boursiers uniquement 

– les fondations des établissements

– des programmes propres au pays : comme le DAAD en Allemagne, le British Council pour le Royaume-Uni, le Fulbright pour les Etats-Unis, etc.

Aux États-Unis, la Commission franco-américain d’échanges universitaires et culturels (Fulbright Commission) propose des bourses pour les étudiants en master ou en doctorant, mais sous la forme d’un concours.

Pour le Canada, une liste de bourses d’études possibles pour les étudiants internationaux est accessible sur le site EduCanada. Renseigne-toi bien en amont auprès de ton université canadienne, certaines ont des dispositifs dédiés.

Lycéen ou étudiant, tu as déjà envie de partir effectuer un semestre dans un autre pays ? Mets toutes tes chances de côté et choisis une formation qui t’assure de partir à l’étranger !