Quels sont les avantages et inconvénients des concours sésame et acces ?

Temps de lecture : 4 minutes

Les concours Sésame et Accès sont des concours d’école de commerce post-bac. Néanmoins, les écoles de commerce post bac ne sont pas accessibles à tout le monde. Il faut, bien évidemment, prendre en compte tous les avantages et inconvénients des concours sésame et accès. Comment préparer efficacement ces concours post bac tant prisés par les élèves de terminale ?

Les concours Sésame et Acces : c’est quoi ?

Les concours Sésame et Acces sont des concours d’école de commerce post bac. Comme le nom l’indique, un concours pour les écoles de commerce post bac est accessible dès la fin du lycée, une fois le bac obtenu. Néanmoins, pour pouvoir y entrer, il faut impérativement passer des concours ; les concours sésame et acces font partis des quelques concours permettant de rentrer dans l’une de ces écoles post bac. D’ailleurs, les écoles de commerce post bac permettent d’intégrer directement l’école et d’effectuer 5 ans dans le même établissement. C’est un remplacement au système classique de la prépa économique puis école de commerce. 

Le concours Acces 

Le concours acces est un concours créé en 1998, regroupant trois écoles de commerce post bac : ESDES, ESSCA et IESEG. 

Concours Acces avantages

Les avantages de faire le concours acces sont nombreux. Tout d’abord, il permet de donner accès à trois écoles de commerce post bac différentes. Ainsi, même si le concours est le même pour ces trois écoles, chacune peut avoir des exigences différentes quant au critère de sélection de ses étudiants. Par ailleurs, en candidatant pour ce concours, vous aurez plus de chances de vous rendre dans l’une des trois écoles disponibles. Un concours pour trois écoles de commerce post bac permet aussi de limiter le coût d’inscription et de participation au concours. Enfin, ce concours est disponible sur la plateforme d’accès à l’Enseignement Supérieur Parcoursup. Attention, il faut souvent compter également un coût pour la préparation du concours car pour beaucoup d’élèves, il est nécessaire de faire un stage de préparation aux concours Acces et Sésame.

Concours Acces inconvénients

Qui dit avantages, dit forcément inconvénients. L’un des premiers inconvénients concerne le prix d’inscription. Bien qu’il n’y ait qu’un concours à passer, le prix du concours reste relativement élevé ; et en fonction des écoles choisies, il se peut qu’il y ait un pécule à rajouter par école. Deuxièmement, le concours est très exigeant et demande une préparation en amont. Préparer le concours en plus de préparer le bac n’est pas une chose facile pour tout le monde. Enfin, même si vous préparez le concours acces, il n’est pas assuré que vous puissiez être sélectionné, malheureusement. 

Le concours Sésame

Le concours sesame est l’un des autres concours d’école de commerce post bac. Créé en 1992, il regroupe 14 écoles de commerce post-bac. 

Concours Sesame avantages

Tout comme le concours Acces, le concours sésame est disponible directement sur la plateforme Parcoursup. Ce concours regroupe 14 écoles de commerce post bac et permet aux candidats d’avoir plus de chance d’intégrer l’une des différentes écoles. Par ailleurs, comme c’est un concours commun, tout comme le concours Acces, il ne permet de préparer qu’un seul concours pour 14 écoles. Ainsi, le coût reste moins élevé qu’un concours individuel à préparer pour chaque école différente. 

Concours Sesame inconvénients 

Comme pour le concours acces, le concours sésame possède un coût assez onéreux, et, malheureusement, il faut tout de même rajouter un peu d’argent à chaque école sélectionnée dans laquelle vous souhaitez postuler. La préparation est toute aussi nécessaire que l’autre concours, mais il n’est pas assuré que vous soyez pris, non plus. Par ailleurs, en fonction de l’école qui vous a sélectionné, il se peut que vous soyez obligé.e de partir très loin du domicile familial. Enfin, il faut aussi avoir l’envie et la motivation de faire 5 ans d’études. Et puis, tout comme le concours acces, il faut pouvoir préparer le concours en même temps que la préparation du bac. De même que le concours Acces, il est nécessaire de penser à un stage intensif de préparation au concours Sésame pour mettre toutes les chances de son côté afin de réussir le concours.

Comment préparer les concours acces et sesame ? 

Comme dit précédemment, il est impératif de préparer ces deux concours car, s’ils ne sont pas préparés, il faut s’attendre à un certain échec. Alors, en plus du bac, il faut apprendre à bien s’organiser pour gérer la préparation de l’examen de fin de lycée et du concours post bac.

Les annales des concours acces et sesame

Les plus faciles à obtenir, ce sont les annales des concours. Elles sont trouvables sur internet mais aussi en livre. Ces annales sont généralement composées des questions et réponses des concours des années précédentes. Néanmoins, il faut vraiment être motivé.e pour s’entraîner avec les annales, uniquement lorsque vous êtes seul.e. 

Les préparations concours acces et sesame

Ces préparations sont faites par les organismes de cours particuliers, et elles permettent à tous les élèves de s’entraîner avec l’aide des annales, mais aussi avec l’aide de professeurs. En classe de petits groupes pendant les vacances, ils permettent de se préparer tout au long de l’année et surtout vers la fin de l’année scolaire, peu avant le passage des concours. Ainsi, vous ne serez jamais seul(e), et vous aurez toute l’aide nécessaire pour la préparation des concours acces et sesame. 

Ainsi, les concours acces et sesame ont des avantages et des inconvénients. Mais, quoiqu’il en soit, il est nécessaire de préparer ses concours afin d’être sûr.e d’être sélectionné.e pour l’une des nombreuses écoles comprises dans les concours. 

IAE ou école de commerce : l’heure du match a sonné

IAE ou école de commerce
Temps de lecture : 4 minutes

Intéressé.e par les métiers du management, du commerce, de la gestion ? Tu hésites entre un IAE ou une école de commerce et tu te demandes si les diplômes des IAE sont aussi reconnus que ceux des grandes écoles de commerce ? Génération zébrée te guide dans ta recherche, l’heure du match a sonné 😉 !

IAE vs école de commerce

Les IAE ou les écoles de management à l’université

Quand on parle d’études de commerce ou de management, en général c’est aux écoles de commerce que l’on pense, et non aux Institut d’Administration des Entreprises (IAE). Pour faire simple, un IAE est une École Universitaire proposant des formations postbac en management et gestion des entreprises. Les IAE sont des établissements d’enseignement supérieur public… donc peu coûteux et très demandés. Les IAE délivrent des licences, masters et doctorats ainsi que des MBA et des diplômes Universitaires dans les domaines  du Management et de la Gestion : Marketing, Finances, Comptabilité, Management, Vente, Ressources Humaines, Communication, Achats, Management Public, Entrepreneuriat… Le diplôme est reconnu par l’État et te permet une poursuite d’étude partout en Europe, c’est pas génial ça ! 

En IAE, une multitude de choix s’offre à toi ! Aujourd’hui ces établissements proposent 30 filières différentes (finance, gestion, commerce, marketing, ressources humaines) avec plus de 50 000 étudiants. Tous sélectionnés à l’entrée ! Attention, certains IAE ne commencent qu’en 2ème ou 3ème année de licence. Côté professionnel, une grande place est donnée aux stages et à l’alternance. Il est intéressant de savoir que tu peux y suivre des programmes de formation initiale et de formation continue.

Les écoles de commerce, la voie traditionnelle

Intégrer une école de commerce privée aussi appelée école de management  est souvent la voie privilégiée par les étudiants. Tu bénéficieras d’un enseignement axé sur des matières telles que l’économie, la gestion, la comptabilité,la  finance, le marketing, le management, la communication ou encore les ressources humaines… Tu auras aussi des mises en application à travers des projets professionnels (workshop, compétitions, études de cas…). Ainsi les matières enseignées sont relativement similaires par rapport aux IAE.

De nombreuses “business schools” françaises sont reconnues à l’international pour leur excellence académique. Par exemple, on retrouve dans le classement des diplômes des écoles de commerce les plus prestigieux : HEC, Essec, ESCP Europe… 

Si tu es attiré.e par l’international, que tu as le goût des langues et du voyage, tu seras servi.e ! Beaucoup d’écoles organisent des séjours à l’étranger, dans des universités partenaires ou pour effectuer des stages en entreprise.

Quelles offres de formation ?

Les écoles de commerce 

Elles proposent des cursus accessibles à plusieurs niveaux : post-bac, post-prépa ou encore en admissions parallèles. L’accès se fait en général par concours commun. Voici les diplômes proposés en école de commerce :

  • Le bachelor (accessible en post-bac et durant 3 ou 4 ans)
  • Le Programme Grande École (accessible après une prépa ou en admission parallèle après une licence, une licence professionnelle ou un IUT, et permettant de valider un bac +5)
  • Le Mastère Spécialisé (accessible après un bac +4 ou bac +5)
  • Le Master of Science (MSc),  accessible après un bac +3 ou bac +4, durant un ou deux ans
  • Le Master of Business Administration (MBA), destinés aux titulaires d’un bac +4/5 sous certaines conditions

Je trouve mon école de commerce !

IAE ou école de commerce
Etudiante diplômée

Les IAE 

En IAE les diplômes proposés sont les mêmes qu’à l’université :

  • La licence (accessible en post-bac et durant 3 ans)
  • Le master  (accessible au niveau bac +3 et durant 2 ans)
  • Le doctorat

Certains IAE ont ajouté à cette liste des diplômes de haut niveau, les MSc, pour compléter leur offre de formations. 

Top 5 du classement des meilleurs cursus en IAE 

On retrouve à la 1ère place l’IAE d’Aix-Marseille (Msc General Management), l’IAE de Lyon (Master Commerce extérieur) est 2ème, puis l’IAE d’Auvergne (Master Gestion de patrimoine), l’IAE de Bordeaux (Master Commerce des vins et spiritueux) et enfin à la 5ème place l’IAE Gustave Eiffel de Paris Est-Créteil (Master GRH dans les multinationales).

Les débouchés après un Master en IAE ou en école de commerce

Les diplômés de ces établissement exercent globalement les mêmes fonctions, ils travaillent en consulting, en finance, en management de l’innovation, au marketing et au commercial ou à la gestion des ressources humaines. En général en dernière année, les étudiant choisissent une spécialisation pour leur majeure qui guidera leur première recherche d’emploi.

Quelques différences entre iae ou école de commerce

Qu’est-ce qui distingue vraiment ces deux types d’établissements et lequel sera le plus adapté à tes attentes ? 

Les frais de scolarité :  Pour intégrer un IAE il faut compter 180 € par an en licence, 243 € par an en master. Sache que pour étudier en école privée tu devras débourser entre 5 000 et 10 000 € par année de scolarité environ.

Le réseau et la réputation : Les IAE les plus réputés sont en concurrence avec des écoles de commerce en termes de salaires et de débouchés ! En France, il existe les meilleures écoles de commerce : elles sont reconnues pour leurs excellences académiques, leurs qualités d’enseignement, leurs accréditations (AACSB, Equis…), leurs ouvertures à  l’international ou encore pour leurs taux d’insertion professionnelle très élevés.

La vie étudiante : Toi aussi tu crois au mythe des supers fiestas sur le campus des écoles de commerce ? Sache que la vie étudiante et associative est bien développée que ce soit dans les iae ou en écoles de commerce !

 A lire aussi : « Comment aider la génération Z à s’orienter ? » 

Le match iae ou école de commerce est terminé, tu l’auras compris ces établissements n’ont pas les mêmes atouts. Certains misent sur l’international, d’autres sur l’apprentissage ou sur la qualité du corps professoral et le nombre d’enseignants chercheurs…A toi de faire tes recherches et de te lancer pour trouver l’école qui te convient ! Retrouve aussi notre article « école de commerce post bac».

 

Et si on parlait, orientation positive ?

data scientist

Temps de lecture : 3 minutes

Pour faire face à ces enjeux d’une génération qui se perçoit comme sacrifiée (cf : La génération Z face à l’avenir), Génération Zébrée adopte et partage une toute nouvelle philosophie, celle de l’orientation positive ! Ok, mais ça veut dire quoi l’orientation positiveContinue reading

La génération Z face à son avenir

Visuel-blog-génération-sacrifiée.png

Temps de lecture : 3 minutesLa jeunesse, d’aujourd’hui comme hier, est face à des choix d’orientation où le rêve, le souhaitable, et le possible se confrontent à des procédures, des structures et des moyens. Comment choisir son avenir et trouver sa place dans une société en devenir ? Une question qui reste bien pointue et complexe pour bon nombre d’entre nous et encore plus pour cette nouvelle génération, la génération z face à son avenir…

Continue reading

Génération Z : le mystère enfin révélé !

Génération Z : qui sont-ils ?

Temps de lecture : 4 minutesIls veulent changer le monde avec leurs habitudes et leur nouvelle conception du travail en open-space. Ils ont grandi avec Internet. Armé.e.s d’une autre vision du monde que celle de la génération précédente, ils pèseront bientôt dans le game. C’est la nouvelle génération. C’est la Génération Z.

D’où vient le concept de « génération » ?

C’est un concept sociologique, qui désigne notamment des personnes qui vivent ou ont vécu une même période historique. Ils sont donc assez proches au niveau des âges. Et surtout, ils ont des pratiques et des représentations plutôt semblables. Chaque génération est donc unique.

Des exemples rien que pour vous :

1965 – 1980 : la génération X

38 ans – 53 ans

1980 – 2000 : la génération Y ou génération des millenials

18 ans – 38 ans

2000 – … : la génération Z (celle qui va vivre le bac 2021)

19 ans – …

La Génération Z : quoi d’neuf ?

Influenceurs, réseaux sociaux… Aussi appelée Nouvelle Génération Silencieuse (= parce que sur son tel, tmtc1) ou encore génération C pour Communication, Collaboration, Connexion et Créativité, elle est celle qui succède à la génération Y, ou la génération des millenials.

Donc, en fait, la génération Z est la première génération à être née au moment de l’expansion d’internet. Parce que oui, Internet a été créé en 1989. Mais ce qu’il faut prendre en compte également, c’est le fait qu’au début, ce n’était pas du tout public. C’est seulement à partir de 1999, avec Napster, que l’histoire de l’Internet public a pu commencer. Important : la génération Z, c’est pour génération zapping.

On va résoudre ce mystère…

Vous pouvez ne pas les comprendre tout de suite, parce que vous ne pensez pas comme eux, vous n’êtes pas habitués à être leur n+1 et qu’ils ne vous considèrent pas spécialement comme tel. Mais vous devez faire l’effort d’écouter leurs idées, et accepter qu’ils ont peut-être de meilleures idées que les vôtres. Après tout, c’est eux, le tur-fu : apprendre à réfléchir avec eux, c’est se simplifier la vie, s’adapter et trouver de nouvelles idées, tout en les intégrant à votre entreprise, de manière à les fidéliser. 

Les indices après tout…

D’après une étude publiée en 2015, concernant 3212 jeunes entre 15 et 20 ans, les Z sont “très curieux, lucides et informés sans être désabusés. Ils ont grandi avec Internet et sont donc ultra-connectés, exigeants, étudiants pour toujours et entrepreneurs de leur propre destin.” Sans compter qu’ils seront également amenés à évoluer avec Internet.

C’est le premier indice, un premier changement, par rapport à la génération Y, pas tout à fait comme les Z, mais pas loin non plus. Les Z ont plusieurs spécificités. Si une certaine majorité des Z se voit travailler à l’étranger, ils sont également dans une grande majorité ceux que l’on peut appeler des “slashers”. Donc, avoir plusieurs casquettes, par exemple : étudiant.e, journaliste freelance et professeur.e particulier.e, tout ça à la fois. Ils n’en restent pas moins loyaux envers ceux pour qui ils travaillent.

Apprentissage, remise en question et DIY

L’étude parle également de la posture d’ “auto” : apprentissage, entrepreneur… Mon entreprise, c’est moi, mon apprentissage, je le gère par des tutos Youtube, des MOOCs, des documentaires, ou encore sur le terrain… Tous les moyens sont bons pour arriver à leurs fins, en tout cas, pour apprendre. Ressentant un besoin d’appartenance, ambitieuse, très pragmatique, très lucide, la génération Z a aussi cette capacité de remettre certaines habitudes, certaines connaissances en question, et surtout eux-mêmes.

Si cette génération n’est pas égoïste, aime le partage et le travail en équipe, il y a tout de même une forte dose de “do it yourself” dans les habitudes déjà bien installées de cette génération très liée au numérique. Enfin, selon Nicolas Sadirac, directeur général de l’école 42, ils auraient « un rapport décomplexé à l’erreur ! Pour eux, c’est normal de se tromper : ils ne diabolisent pas l’échec comme les autres générations ».

Plus créative, décomplexée et connectée que leurs aînés, les Y (ou millenials), les Z ont aussi une conception assez différente du travail.

Pas de répit, il faut trouver d’autres indices…

S’ils ne sont pas forcément enthousiastes par rapport au fait de travailler dans une entreprise, dont ils ont une vision assez négative (“impitoyable”, “fermée”, “jungle”, stressante” sont des mots qui ressortent souvent, d’après l’étude), les Z sont surtout des personnes à la recherche d’une indépendance, d’un certain équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle, d’un esprit d’équipe et du bien-être au travail. Ils auraient plutôt envie d’une certaine horizontalité dans les rapports pros, et non d’une hiérarchie bien rangée. Les habitudes managériales devront donc évoluer afin de pouvoir cohabiter dans la même entreprise.

Ils sont ainsi 47% à vouloir créer leur entreprise, à la recherche de leur propre modèle : 53% préfèreraient gérer leur propre entreprise, plutôt que d’être salarié. Ils aiment aussi voir les choses de façon concrète : prendre des décisions, en assumer les conséquences… A partir de là, l’entrepreneuriat sonne plutôt comme une évidence pour eux. Enfin, last but not least, cette génération Z aura tendance à choisir un métier plus par passion que par raison (84,5%). En effet, l’épanouissement de cette jeune génération prend une certaine place dans leurs attentes.

Voilà pour le neuf, c’était la résolution du mystère Génération Z, aujourd’hui à la recherche de son premier emploi (ou presque) : nouvelle mentalité entrepreneuriale, indépendance, sens des responsabilités, maîtrise parfaite de la digitalisation et intelligence collective importante. Le marché de l’emploi n’a qu’à bien se tenir.

  1. tmtc = toi-même tu sais (ou toi-même tu c).

Les spécialités pour le bac : on vous dit tout !

Bac 2021 : tout sur les choix de spécialités !

Temps de lecture : 6 minutesToi qui es actuellement en classe de seconde générale et qui te demandes quelles options choisir pour le bac : l’orientation scolaire, c’est pas de la tarte ! Eh ouais ! Surtout pour toi qui arrive pile au moment où le Ministère de l’Education Nationale décide de tout changer… Mais t’inquiète ! Il faut tirer tout le positif possible de ce changement et c’est ce que GZ veut t’aider à faire. C’est parti !

C’est quoi le nouveau bac ?!

Tu fais partie de cette génération de personne qui a actuellement une quinzaine d’années. Déjà que les changements dans ta vie, c’est compliqué, parce que justement tu te découvres toi-même, mais en plus, tu dois comprendre quelles options choisir pour ton tur-fu, genre le métier, les études… Bref : c’est un peu le b*rdel dans ta vie, en ce moment.

Faisons le point : en première

La réforme du lycée change l’organisation des matières et des séries dans la filière générale. Ainsi, tu as un socle commun en seconde MAIS également en classe de première. Enfin, la première se distingue quand même de la seconde dans le sens où tu as des épreuves de bac tronc commun en mode contrôle continu pendant l’année + des épreuves finales (seulement deux : français oral et français écrit) à la fin de l’année.

Faisons le point : en terminale

Et durant ta classe de terminale, ce sera à peu près le même modèle, sauf que tu auras quatre épreuves à passer au printemps (tes spécialités) et à la fin (philo et grand oral) + ce qu’ils ont appelé – pour ne pas DU TOUT faire peur – un « grand oral ». Wow. Pour faire clair, cet oral est fondé un peu sur le même modèle que ce qu’il y avait en première jusqu’à cette année : le TPE, ou travaux personnels encadrés*. Sauf que là, ce n’est pas en première mais en terminale, ça concerne les deux options que tu auras gardées en terminale ET c’est à la toute fin de l’année…

* Le TPE, ou Travaux Personnels Encadrés : en première, les élèves des classes de L, ES et S devaient choisir un sujet mêlant deux matières (SVT et physique-chimie, français et philosophie…) qu’ils étudiaient et travailler ledit sujet pendant l’année jusqu’à l’oral. Celui-ci avait lieu en février ou mars de l’année de première. La note n’était accessible qu’au moment des résultats des épreuves anticipées.

BON ! Maintenant qu’on a fait le point, passons à la question que tu te poses inlassablement…

Quelles spécialités choisir pour l’année pro ?

That’s THE question.

Le tableau des spés

Disciplines Heures dispensées en classe de première Heures dispensées en classe de  terminale
Arts 4h 6h
Biologie-écologie 4h 6h
Histoire géographie, géopolitique et sciences politiques 4h 6h
Humanités, littérature et philosophie 4h 6h
Langues et littératures étrangères 4h 6h
Mathématiques 4h 6h
Numérique et sciences informatiques 4h 6h
Sciences de la vie et de la Terre 4h 6h
Sciences de l’ingénieur 4h 6h
Sciences économiques et sociales 4h 6h
Physique Chimie 4h 6h

Panorama des spés

Voici un panorama des spécialités et les enseignements qu’elles contiennent, d’après le site Horizons2021.

Les options arts & lettres

La spécialité arts 

En fait, cette spécialité couvre plusieurs domaines : arts du cirque, arts plastiques, cinéma-audiovisuel, danse, théâtre, histoire des arts et musique.

Si tu aimes le spectacle, manier la caméra ou faire de la musique, définitivement : prend cette option. En vérifiant toutefois que la « sous-option » art que tu souhaites prendre est bien présente dans ton lycée.

La spécialité humanités, littérature et philosophie

A travers cette spécialité, tu vas étudier des textes de toutes les époques par le biais de la littérature et de la philosophie. Le but est d’affiner ta réflexion et de débattre sur des questions qui datent de la nuit des temps, comme : « comment utiliser les mots, la parole et l’écriture ? » et « comment se représenter le monde, celui dans lequel on vit et ceux dans lesquels ont vécu et vivent d’autres hommes et femmes ? »… Enfin, bref, tout un joli programme de littérature philosophique, à choisir si tu te destines à une carrière très très TRÈS littéraire.

La spécialité langues, littératures et cultures étrangères

Si tu souhaites consolider ta maîtrise d’une langue étrangère en connaissant la culture of the country, les us et coutumes, les obras culturales, les monuments du patrimoine… C’est la spé qu’il faut prendre. Par exemple, si tu as envie de devenir éditeur à l’étranger ou traducteur. Ou encore que tu prévoies de vivre à l’étranger plus tard. Your choice, of course.

La spécialité littérature, langues et cultures de l’Antiquité

De son petit nom « culture antique », choisir cette spé équivaut à étudier en profondeur les langues et cultures grecque et romaine à l’époque de l’Antiquité. Et à les mettre en regard avec le monde contemporain. Bien sûr, si tu n’as pas pris une option grec ou latin en seconde, possible que tu ne comprennes pas grand-chose à la Socratitude (Socrate était un philosophe grec super écouté à l’époque).

Spécialités bac 2021

En tout cas, cette spécialité s’adresse particulièrement à ceux ayant pris l’une desdites options en seconde. Si tu fais partie de cette catégorie de personne : viens, vois, vainc ! (veni, vidi, vici, tu connais).

La spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques 

Cette spé met en lumière les enjeux politiques, économiques et sociaux majeurs afin de transmettre les clefs d’une meilleure compréhension du monde contemporain. Observation du monde actuel ainsi qu’approfondissement historiques et géographiques au programme. Si tu souhaites t’orienter dans le journalisme, la politique, l’entrepreneuriat ou l’économie (ou un peu des quatre) : prend cette spécialité.

Les options économie & sciences diverses

La spécialité sciences économiques et sociales (spé SES pour les intimes)

Dans cette spécialité, il s’agira d’étudier les concepts, méthodes et problématiques essentiels de la sociologie, de la science éco et de la science politique. Si jamais tu t’intéresses fortement à l’économie et que la matière SES en seconde t’a vraiment fait trippé, alors cette spé est totalement pour toi.

La spécialité biologie-écologie (ou bio-écolo de son p’tit nom)

Si tu te sens l’âme d’une Greta Thunberg par rapport aux problématiques de l’environnement, mais que tu t’intéresses aussi fortement aux enjeux de santé publique, c’est cette spé que tu devrais prendre. Notamment, si tu souhaites ensuite travailler dans les domaines de l’agronomie, de l’écologie, de la santé humaine et animale et du sport.

La spécialité mathématiques

Si tu es grave intéressé.e par les maths, cette spé va te permettre de découvrir la total powerfûlitude des maths en explorant les thématiques suivantes : algèbre, analyse, géométrie, probabilités et statistiques et algorithmique et programmation. Bref, si les maths t’éclatent, fonce dans cette spé ! Petit conseil en plus : si tu veux devenir ingénieur, il est fortement conseillé de prendre cette spé…

La spécialité numérique et sciences informatiques 

Histoire de l’informatique, traitement des données, interactions homme-machine, algo, langage informatique et programmation : c’est le programme de cette spécialisation. Donc, si tu prévoies de trouver un métier dans le numérique et/ou dans l’informatique, genre community manager, ou ingénieur informatique, cette spé est faite pour toi.

La spécialité physique-chimie 

Si déjà au collège, te prendre pour un.e savant.e fou/folle et faire des expériences dans les salles réservées à la physique-chimie te faisait kiffer, cette matière est potentiellement celle que tu dois prendre en tant que spécialité ! Le programme qu’elle propose est le suivant :  «l’organisation et les transformations de la matière », le « mouvement et les interactions », « les conversions et transferts d’énergie » et « les ondes et signaux ». Tout un tas de mots et d’expressions incompréhensibles pour les non-initiés !

La spécialité sciences de la vie et de la terre 

Si tu adores et as toujours adoré l’SVT, cette spécialité est faite pour toi. Au programme, des thématiques comme : « la Terre, la vie et l’évolution du vivant », « enjeux planétaires contemporains » et « corps humain et santé ». Si tu souhaites devenir doc’ ou en tout cas avoir un parcours d’études lié à tout ce qui est santé, corps humain etc., tu n’as littéralement plus qu’à courir dans les bras de cette matière.

La spécialité sciences de l’ingénieur 

Mêlant sciences et technologies, voici les trois thématiques que tu étudieras dans cette matière : « les territoires et les produits intelligents, la mobilité des personnes et des biens », « l’humain assisté, réparé, augmenté » et « l’éco-design et le prototypage de produits innovants ». Bon, pour cette spé-là, pas énormément de surprise : si tu veux devenir ingénieur.e, c’est par cette voie-là que tu dois passer. 

Maintenant que tu sais tout sur les spécialités mises en place à partir de l’année prochaine, tu peux choisir sereinement celles que tu souhaites étudier. Et en plus, quand tu arriveras au moment où tu devras t’inscrire sur Parcoursup, avoir pris ces spécialités te simplifiera positivement la tâche.

Bravo. Tu as lu cet article. Tu peux choisir sereinement tes options, maintenant.

Les métiers d’avenir : ils arrivent !

Temps de lecture : 4 minutesTu te poses beaucoup de questions sur ton avenir ? Ou alors tu as trouvé un métier qui te plaît mais qui ne recrute pas tellement ? Sur Génération Zébrée, on valorise énormément  les métiers appelés d’avenir, c’est-à-dire notamment, ceux qui recrutent à fond. Et on a une ex-cel-len-te nouvelle pour toi : des métiers d’avenir, il y en a beaucoup dans tous les secteurs.

La déf’ claire et concise

Métiers d’avenir : nom masculin pluriel

D’abord, il faut savoir que l’expression « métiers d’avenir » désigne les métiers les plus recrutés par les entreprises aujourd’hui. On peut ajouter aussi que ce sont des métiers pour lesquels les spécialistes prévoient des gisements d’emplois importants dans les trois, cinq, dix prochaines années. Pour t’expliquer tout ça, Génération Zébrée se base sur les données publiées par les différents observatoires des métiers. Ainsi que des données présentées par l’enquête besoin en main d’oeuvre de Pôle Emploi.

Les secteurs qui recrutent

Métiers d'avenir : je vois, je vois...

De nombreux secteurs qui recrutent sont concernés par les métiers de demain : les métiers de l’artisanat, les services aux particuliers, l’armée de l’air, l’industrie agroalimentaire, les métiers de l’environnement, les métiers du web, les métiers de la restauration, les métiers de l’animation, les métiers de l’hôtellerie, les métiers de l’aide à la personne, les métiers du paramédical, les métiers de la communication, les métiers de la banque, les métiers du bâtiment travaux publics, les métiers de l’informatique, les métiers du commerce et les métiers du transport.

Ça fait pas mal de secteurs et c’est une bonne chose, puisque les jeunes bacheliers comme toi auront donc le choix pour trouver un job à leur vie (NB : chaussure à leur pied, job à leur vie, tadaaaaam !) dans les prochaines années. Tu vas donc pouvoir t’orienter de manière à ce que cela corresponde à ton projet professionnel de manière assez précise.

Découvrir les métiers d’avenir

Pour te donner une idée…

Vieillissement de la population, – donc le départ à la retraite – économie verte ou encore l’informatique, les opportunités d’emploi sont et resteront nombreuses.

Métiers d'avenir : je vois, je vois...

Les différents métiers d’avenir

Histoire de découvrir les différents métiers, quelques exemples : tu as le créateur d’applis (aka développeur web) métier déjà très recherché aujourd’hui, le Super Geek (aka Technicien informatique), le Roi du pétrole (aka spécialiste Carburant), le créateur de sacs en cuir, le mécano, l’analyste de données… Mais aussi le surveillant pénitentiaire, l’auxiliaire de vie, l’audioprothésiste, l’ambulancier, l’aide-ménagère, le chef d’équipe renseignement électronique, le chaudronnier, les arboriculteurs (= ceux qui cultivent les arbres), les attachés commerciaux, les cadres commerciaux, l’éducateur spécialisé, le commis de cuisine, le chargé de clientèle, le data scientist ,chef de projet, le chef de produit, le conseiller clientèle ou encore l’agent d’entretien

De nombreuses possibilités

Certains de ces métiers qui recrutent ne requièrent que des formations courtes. Parfois ils ne demandent que le niveau bac. Te spécialiser dans des compétences qualifiantes bien particulières peut être un plus. Aie aussi bien en tête qu’une recherche d’emploi demande parfois de la patience. Et quand tu as trouvé ton nouveau métier, il te faut l’apprivoiser et t’y habituer toi-même.

Comme tu peux le voir, les emplois d’avenir concernent énormément de secteurs. Si tu as besoin d’une preuve supplémentaire, tu peux aller checker notre top 5 des métiers qui recrutent ! En bref, tu peux te dire que toi, comme les autres jeunes diplômés, avez de nombreuses opportunités d’emploi !

Les compétences de ces nouveaux métiers

Enfin, une dernière info par rapport à tous les métiers d’avenir : il faut quand même partir du principe que pas mal de métiers vont se transformer au fil des années, ils vont évoluer d’une manière encore difficile à imaginer aujourd’hui. C’est-à-dire que ce qui comptera pour se faire recruter, ce sera surtout les compétences à développer et qui n’étaient pas ou très peu exploitées avant. Un exemple : avant internet, le métier de développeur n’existait absolument pas. Aujourd’hui, il est possible de se former au code de plein de manières différentes et le secteur de l’informatique n’a pas fini d’avoir de nombreux débouchés !

Hard skills & soft skills

Également, dans le futur, on te parlera beaucoup de hard skills et de soft skills. D’abord, les hard skills : ce sont tes compétences techniques mesurables, donc comment tu te débrouilles sur Photoshop ou Première, par exemple. Quant aux soft skills, ce sont les qualités humaines à mettre en avant, comme ton humour, ton empathie, ta manière de communiquer, la manière dont tu travailles en équipe ou encore ta capacité à arriver à l’heure, ou pas. Bref, ta personnalité, ton savoir-être, tes hard skills et le marché de l’emploi t’ouvrira ses portes ! Et si jamais tu te rends compte que ton premier choix n’était pas le bon, une reconversion professionnelle est toujours possible…

Ce qui comptera à la fin, ce sera quand même ta capacité d’adaptation dans un environnement qui évoluera de plus en plus vite… Un peu en mode caméléon, mais pas trop quand même !

Envie d’aller plus loin ? Tu peux également consulter une infographie intéressante sur les métiers qui vont recruter le plus entre 2019 et 2030 !

Métiers d'avenir : s'adapter en mode caméléon

Journalisme ou communication : un grand débat ?

Journalisme ou communication ?

Temps de lecture : 5 minutesDifficile de garder une sérénité d’enfant face à la multitude de choix qui s’offrent à toi, jeune adulte ? Entre journalisme et communication, c’est la cata dans ta tête : tu te rêves communicant.e, mais finalement, est-ce que tu ne ferais pas du journalisme ? Quelle est la différence entre les deux ? Comment je fais pour choisir mes études après le bac

Mettons tout ça au clair : de nombreuses différences existent entre le domaine du journalisme et celui de la communication. Cependant, il est vrai que les frontières peuvent se brouiller : Génération Zébrée fait le point, pour t’aider à choisir entre les deux… Ou pas !  

Différences et points communs

Pour faire simple : la communication vise la promotion d’un service, d’un produit, ou d’une personne. Le journalisme, lui, vise à informer son public d’une actualité.

Les professionnels de la communication comme les journalistes peuvent écrire des articles, faire de la vidéo, passer à la radio. Mais : pense à la différence entre une pub d’Oasis  – de la communication – et un article dans un journal tel que le Monde ou Libération. Voilà, tu connais la différence entre communication et journalisme. Les grandes écoles existent dans les deux domaines. Les concours aussi.

Ce que tu feras en…

          … Ecole de communication

Si ton projet professionnel te mène en école de communication, tu te cultiveras sur les savoirs professionnels de la communication globale. Tu étudieras aussi les bases de l’environnement économique ainsi que l’histoire des médias et de la publicité. Tu feras aussi un parallèle entre le droit et la communication, afin d’être au fait de ce que dit la loi. Puis, tu bénéficieras d’une intro au marketing. Et tu apprendras la négociation commerciale. Tout ça dans le but de savoir parfaitement mener une action de communication.

Journalisme ou communication ?

Ajoute à ce cursus des cours sur les techniques de communication professionnelles : personal branding et writing skills, veille et production, missions pros pour un vrai client. D’autres cours croiseront créativité et communication : méthode de communication des marques, productions créatives, publication assistée par ordinateur (plus connue sous les initiales PAO), stratégie de communication…

Devenir chargé de communication

En bref, tu aborderas en école de comm’ toutes les manières – anciennes comme récentes – de présenter-promouvoir-vendre un produit, une personne etc. Les métiers de la communication sont multiples : tu peux te spécialiser dans la communication politique, la communication visuelle, la communication événementielle, la communication publicité, communication digitale (ou CM pour les intimes) ou encore la communication interne aux entreprises

Ecole de journalisme

Matières, voyages à l’étranger et autres considérations

Si tu entres dans une école de journalisme, tu étudieras les différentes formes d’écriture (radio, tv, écriture…), les bases de l’édition, le traitement d’image, la collecte d’informations et les sources utilisées… Les techniques de reportage et d’enquête seront aussi abordées, de même que l’écriture d’agence (5W), la démocratisation d’information (sur dépêches et dossiers), les techniques rédactionnelles et le travail sur le terrain.

Devenir journaliste

Tu peux aussi envisager d’aller étudier à l’étranger, dans une école de journalisme aux USA… Niveau d’anglais et bioutifoulitude du CV garantis. Bon, sauf qu’en plus de la préparation aux concours, faudra que tu passes le TOEFL ou le TOEIC. Histoire de comprendre quelque chose.

A noter que peu d’écoles de journalisme reconnues existent pour les tout-juste-bacheliers aujourd’hui. En général, ces écoles recrutent à bac+2 ou 3 – le niveau master, quoi. Et, que tu sois prévenu.e : le concours d’entrée à chaque école demande une solide culture générale. Mais rien de bien difficile si tu te prépares correctement.

Les métiers du journalisme sont plutôt variés également : tu peux te spécialiser dans un domaine particulier, comme par exemple le data journalisme, le journalisme culturel, le journalisme audiovisuel, le photojournalisme ou encore devenir présentateur télé. Tu peux aussi devenir journaliste scientifique, journaliste web, journaliste radio, grand reporter, journaliste sportif, journaliste reporter d’images (JRI pour les intimes), pigiste (= nom du journaliste n’ayant pas de CDI), ou enfin journaliste en presse écrite (par exemple chez ces irréductibles gaulois du Canard enchaînés… Ils n’ont QUE de la presse écrite encore aujourd’hui).

Journalisme ou communication

Deux prismes d’un même domaine

Si l’on résume, les études de journalisme t’apprendront les manières d’écrire et non de communiquer. Mais dans tous les cas, le journaliste communique une actualité à ses lecteurs.

La communication et le journalisme sont en fait deux prismes différents d’un même domaine : l’un va chercher à promouvoir les nouveaux produits de sa compagnie en t’expliquant avec foule d’arguments combien ils sont géniaux. Et bien mieux que la concurrence d’ailleurs. L’autre va enquêter sur ladite compagnie, chercher à connaître toute l’histoire pour la raconter ensuite à ses lecteurs/auditeurs/téléspectateurs. Et ce, d’une manière qui ne cherchera pas à promouvoir. L’objectivité, quoi.

Choisir son école

Brouillage des frontières avec la création d’internet

Bien ! Tu as (normalement) bien compris la différence entre communication et journalisme. Il est temps de complexifier un peu le tout. Le journalisme n’est pas (que) pour relater des scandales, tandis que le secteur de la communication n’est pas (que) de la publicité mensongère.

Avec la création d’Internet, les journalistes sont amenés à devoir se vendre eux-mêmes dans le but de communiquer sur leur image, tandis que les communicant.e.s peuvent être amené.e.s à écrire un article journalistique. Les journalistes peuvent devenir Community Manager et s’intéresser à l’économie (quand ils veulent créer un journal en ligne, par exemple) tandis que les communicants peuvent faire une vidéo informative.

Un autre métier à la croisée entre communication et journalisme est l’attaché de presse. Il s’agit de la personne en charge des relations avec les journalistes. Il peut travailler comme indépendant, dans une agence de communication ou directement en entreprise.

Bref : aujourd’hui, les communicants sont un peu des journalistes et les journalistes sont un peu des communicants. En effet, de nouveaux médias émergent sur Internet ces temps-ci : pour les maintenir, il faut des compétences autant en journalisme, qu’en communication…

Se former aux deux…

Journalisme ou communication ? Les deux, ma chère !

A présent, des écoles de journalisme et de communication existent. Les licences appelées « Info-com » – donc : information et communication – parlent d’elles-mêmes : la frontière entre les deux domaines est ténue et il en faut très peu pour que les deux soient mêlés. Si tu es en terminale et que tu ne sais pas vraiment quoi choisir entre les deux, tu peux donc choisir une formation post-bac faisant un melting-pot des deux secteurs.

Des bachelors généralistes voient par exemple le jour : ils t’enseignent les bases du journalisme et de la communication. Ils recrutent au niveau bac. Tu auras donc une année ou deux pour découvrir les deux domaines et après, ce sera à toi de te spécialiser. Ou pas : si ça se trouve tu pourras faire un métier qui mêle journalisme et communication. Parce qu’en fait, le journalisme et la communication sont un peu complémentaires, aujourd’hui.

… Pour choisir ensuite ?

Tout d’abord : le meilleur moyen de choisir – si tu le veux bien sûr – c’est quand même d’aller voir à quoi le marché du travail ressemble dans chaque secteur. Qu’est-ce à dire ? te demanderas tu. La réponse, c’est le stage en entreprise (ou Graal), évidemment.

Si tu veux réellement te spécialiser dans l’un ou l’autre de ces domaines, ce sera toujours possible de continuer dans un master en journalisme OU un master communication, après ta licence, ton bachelor ou ta prépa.

Choisir son école

De nouveaux métiers qu’on ne connaît pas encore s’apprêtent à naître. Avoir des connaissances dans les deux domaines ne pourra que t’aider.
Bon, du coup : devenir journaliste ? Responsable communication ? The choice is entirely yours ! Le futur est tien, il te suffit de le construire : peu importe les choix, bons ou mauvais, ils te mèneront finalement vers ton chemin.

Bac, la réforme : 2021 is the new bac

2021 is the new bac - réforme du bac - bac 2021
Temps de lecture : 5 minutes

Le bac évolue pour les futurs candidats qui le passeront en 2021. Cette réforme du baccalauréat et du lycée promulguée en 2018, influence le parcours des élèves actuellement en classe de seconde, puisqu’ils seront les premiers à expérimenter ce bac nouvelle génération. Cette transformation concerne uniquement les baccalauréats en voie générale et technologique pour le moment.

Vous êtes donc nombreux à nous poser des questions concernant cette réforme sur notre tchat de discussion, notamment pour choisir vos options pour l’année prochaine. C’est pourquoi nous avons décidé d’écrire une série d’articles à ce sujet : l’article ci-dessous a pour vocation de vous aider à décrypter les enjeux et impacts de la réforme du lycée.

 

Bac 2021 : pourquoi le bac évolue ?

Pourquoi faire évoluer le bac ? Ce diplôme national vieux de plus de 2 siècles représente un objectif et une institution pour tous les lycéens.

Un peu d’Histoire…

Depuis sa création en 1808, le baccalauréat n’a cessé d’évoluer pour remplir sa double mission, à savoir : évaluer l’élève à la fin de ses études secondaires et ouvrir les portes de l’enseignement supérieur. En effet, à l’origine, il ne comprenait que des épreuves orales et était réservé à l’élite masculine : il faudra attendre 1861 pour que Julie Daubié devienne la première bachelière ! Depuis, le baccalauréat n’a cessé de se démocratiser et s’est même démultiplié au fil des décennies.

1808 : Création du baccalauréat

1861 : Première femme bachelière

1968 : Création du baccalauréat technologique pour associer formation générale et technologique. Il conduit à une poursuite d’études : BTS, DUT, écoles spécialisées.

1985 : Création du baccalauréat professionnel en collaboration avec les milieux professionnels pour former des techniciens, employés ou ouvriers qualifiés. La plupart du temps, il mène à une entrée directe dans la vie active, même si certains continuent leurs études.

1993 : Création des séries S/ES/L telles que nous les connaissions jusqu’à aujourd’hui !

Ces évolutions ont toutes eu pour objectif d’accompagner l’évolution de la société française et de préparer au mieux les nouvelles générations à leur insertion sur le marché du travail. La réforme du Bac 2021, s’inscrit également dans cette lignée afin de permettre au baccalauréat de mieux répondre à sa double mission.

Sanctionner la fin du cycle d’études secondaire

Jusqu’à maintenant le baccalauréat était intégralement composé d’examens finaux, ce qui semble d’ailleurs une exception française quand on le compare à ses équivalents chez nos voisins européens. Or, cette évaluation sur des épreuves uniques concentrées en fin d’année, n’était plus considérée comme juste car ne représentant pas l’ensemble du travail effectué par l’élève tout au long de l’année scolaire. L’un des axes de la réforme est donc d’introduire une part de contrôle continu dans l’évaluation de l’élève.

Préparer à la poursuite des études dans l’enseignement supérieur

La fin de l’enseignement secondaire marque pour la plupart des élèves, notamment ceux des filières générales et technologiques, l’entrée dans les études supérieures. Or actuellement “61% des étudiants ne parviennent pas au terme des études dans lesquelles ils se sont initialement engagés. Seuls 27 % des étudiants obtiennent leur licence en trois ans.” selon le rapport publié en 2018 par le Ministère de l’Education Nationale. Le cycle secondaire n’accompagnerait pas suffisamment les élèves dans leur choix et préparation d’études supérieures

Ainsi la réforme du lycée vise à faire du bac “un véritable tremplin vers la réussite dans l’enseignement supérieur”  d’après le Ministère de l’Education Nationale.

Bac 2021 : ce qui ne change pas

Les actuelles filières à savoir : le bac général, le bac technologique et le bac professionnel sont maintenues.

Le baccalauréat reste un examen et est obtenu à partir d’une moyenne générale supérieure ou égale à 10/20.

L’actuel système de compensation et de mentions perdure.

En cas d’échec à la première phase écrite, les candidats pourront se rattraper lors de l’oral de rattrapage.

Bac 2021 : ce qui change

L’introduction du contrôle continu

La réforme du bac prévoit l’introduction d’une part de contrôle continu pour évaluer les élèves. Ces épreuves du contrôle continu représenteront 40% de la note finale.

Ces 40% seront partagés entre la prise en compte des bulletins scolaires de première et de terminale pour 10%, et 30% seront composés des notes obtenues par l’élève lors des épreuves communes : 2 sessions seront organisées durant l’année de première et 1 session pendant l’année de terminale.

Les épreuves communes réalisées pendant l’année scolaire ne concerneront que les matières non évaluées lors des épreuves finales. Le Ministère de l’Education Nationale rassure en indiquant que les copies de ces épreuves seront anonymes et corrigées par d’autres professeurs que ceux des élèves.

Les épreuves du bac hors contrôle continu concerneront les disciplines suivantes :

  • 1 épreuve anticipée en première de français écrite et orale, comme c’est le cas aujourd’hui.
  • 4 épreuves en terminale : deux des enseignements choisis comme spécialité par l’élève, une de philosophie et un grand oral.

Ce grand oral, d’une durée de 20 minutes, est préparé tout au long de l’année de terminale, sur un sujet lié à un ou deux des enseignements choisis en spécialité.

Bac 2021, bac du futur !

Evolution de l’organisation et des programmes

L’organisation des programmes des baccalauréats en voie générale et technologique va changer pour préparer ce nouveau bac en dispensant 3 types d’enseignements :

  • Un socle commun d’enseignement pour maîtriser les fondamentaux
  • Des disciplines de spécialités choisies par l’élève : 3 en classe de première puis 2 en terminale
  • Un accompagnement à l’orientation

La voie générale passe d’une organisation en série (Bac S, bac ES, bac L) à une organisation en spécialités. Le bac technologique garde son organisation en série (STMG, ST2S, STHR, STI2D, STL, STD2A, TMD).

Nouveau programme pour le baccalauréat général

Un socle d’enseignement commun dit “humaniste et scientifique” : pour maîtriser les fondamentaux

Discipline Heures dispensées en Première Heures dispensées en Terminale
Français 4h  
Philosophie 4h
Histoire et Géographie 3h 3h
Enseignement moral et civique 0:30h 0:30h
Langue vivante 1(LV1) et Langue Vivante 2 (LV2) 4h30 4h
Education Physique et sportive 2h 2h
Humanités scientifiques et numériques 2h 2h

Des disciplines de spécialités choisies par l’élève pour le bac en voie générale

Disciplines Heures dispensées en classe de première Heures dispensées en classe de  terminale
Arts 4h 6h
Ecologie, agronomie et territoires 4h 6h
Histoire géographie, géopolitique et sciences politiques 4h 6h
Humanités, littérature et philosophie 4h 6h
Langues et littératures étrangères 4h 6h
Mathématiques 4h 6h
Numérique et sciences informatiques 4h 6h
Sciences de la vie et de la Terre 4h 6h
Sciences de l’ingénieur 4h 6h
Sciences économiques et sociales 4h 6h
Physique Chimie 4h 6h

Un accompagnement à l’orientation

C’est l’une des grandes nouveautés de cette réforme. Il est prévu de réserver 1h30 par semaine à l’orientation pour permettre aux élèves de mûrir leur projet professionnel, de préparer leurs choix de parcours post bac et, éventuellement, l’entrée dans l’enseignement supérieur. L’objectif est de présenter l’ensemble des opportunités s’offrant aux futurs bacheliers : écoles d’ingénieurs, écoles de commerce, classes préparatoires, différentes licences à l’université mais aussi, les BTS, IUT et autres voies moins connues.

Cet axe semble nécessaire pour permettre aux élèves de préparer leur avenir après le bac et de mieux vivre leur scolarité.

Le bac 2021 se veut donc plus flexible : avec la disparition des séries, les élèves pourront présenter un bac sur-mesure en choisissant les disciplines qui les intéressent le plus. Il se veut aussi plus juste en intégrant une dose importante de contrôle continu. Surtout, il marque l’intégration d’un temps dédié à l’orientation, ce qui représente une étape importante pour permettre à la génération Z de mieux s’informer, pour construire un projet professionnel qui lui correspondra. Nous suivrons avec attention la poursuite des études des bacheliers 2021 pour évaluer l’impact de cette réforme !