Les métiers de l’électricité : une filière qui a de l’avenir !

Les métiers de l'électricité : une filière qui a de l'avenir !
Temps de lecture : 7 minutes

Le savais-tu ? Aujourd’hui, plus de 600 000 personnes occupent l’un des nombreux métiers de l’électricité. Et oui, il n’y a pas que des électriciens… Nous vivons dans un monde de plus en plus connecté, et pour cela il faut que le courant passe. Et pourtant, 30% des emplois ne trouvent pas de candidat… Alors go vers les formations adaptées ! Génération Zébrée et le syndicat professionnel SERCE te partagent ce bon plan pour t’aider à trouver un travail facilement dans un secteur qui recrute à fond, en lien avec les nouvelles technologies et la transition écologique. Prêt à découvrir des jobs branchés ? 

En route pour la transition numérique et énergétique… 

Tu as envie de devenir acteur du monde de demain ? La filière électrique est en pleine transformation car elle doit répondre à plusieurs défis : la crise environnementale et la révolution technologique. Et c’est d’ailleurs la préoccupation principale du SERCE et de son réseau d’entreprises de la transition énergétique et numérique.  

La filière électricité : des métiers toujours plus verts !

Pour commencer, partons de la base : la production d’énergie. En France, l’électricité provient essentiellement du nucléaire et des énergies renouvelables (barrages hydrauliques, combustion de bio-déchets, éoliennes ou panneaux solaires). La part des énergies fossiles (gaz, charbon, pétrole) est ultra minoritaire, et c’est tant mieux pour préserver la couche d’ozone ! Ainsi donc, les ingénieurs électriciens les plus recherchés sont ceux qui ont une spécialité dans le nucléaire, l’énergie marine ou solaire. 

Des électriciens posent des panneaux solaires.

Mais c’est tout au long de l’acheminement de l’électricité jusqu’aux lieux de consommation que l’on retrouve des professionnels préoccupés par la crise écologique. En effet, la mission commune à l’ensemble des métiers de l’électricité est sans aucun doute de faire le maximum d’économies d’énergie. Il s’agit d’un excellent argument de vente pour les responsables d’affaires car les clients calculent les coûts sur le long terme. De leur côté, les installateurs, techniciens et ingénieurs font en sorte d’économiser la ressource. Enfin, les agents et techniciens de maintenance ont un rôle essentiel pour prolonger la durée de vie des équipements, que ce soit en faisant des contrôles réguliers pour anticiper les dysfonctionnements, ou bien en assurant les réparations en cas de panne. 

Indirectement, il est possible d’avoir une action en faveur de l’environnement. Ainsi, c’est grâce aux installateurs en éclairage public et équipements urbains que l’on retrouve des bornes en libre-service pour les vélos et véhicules électriques. Ils participent grandement à changer les comportements, en incitant le plus grand nombre à avoir recours aux mobilités douces ! Autre exemple : dans le BTP (bâtiment travaux publics), les installateurs en génie climatique peuvent se spécialiser dans les énergies renouvelables. A la suite d’un diagnostic d’un bâtiment industriel, d’un commerce ou autre, ils installent des systèmes plus performants (pompe à chaleur, récupérateur d’eau ou de chaleur, etc.), assurent les réglages et la maintenance pour que les conditions de confort et les consommations soient optimisées. 

Bref, si tu as la fibre écolo, il existe de nombreux métiers qui permettent d’agir concrètement pour la planète ! D’ailleurs, les dérèglements climatiques sont eux aussi pourvoyeurs d’emplois… En effet, les monteurs réseaux sont souvent à côté des pompiers en cas de catastrophe naturelle (incendies, inondations, tempête, etc.). Ils font partie des héros qui interviennent pour les populations sinistrées ! Rétablir le courant est en effet indispensable pour pouvoir assurer les besoins de base comme se nourrir, se laver, s’éclairer, communiquer ou se déplacer…

Domotique, objets connectés, fibre, data : les métiers de l’électricité à la pointe !

Tu es passionné par les nouvelles technologies ? Bonne nouvelle, les entreprises recherchent des profils comme le tien ! Si 20 ans plus tôt, les électriciens se chargeaient principalement de réaliser des raccordements basiques et du tableau électrique, le métier s’est diversifié. Avec l’arrivée des objets connectés, de la fibre optique et de la data, le courant doit passer partout et tout le temps !

Tous les jours, tu utilises toute la journée des appareils électroniques ou électriques : lumières, ordinateur, smartphone, électroménager, etc. Pour tes déplacements, tu te sers peut-être du tramway, du métro ou d’une trottinette électrique. Heureusement, tu peux compter sur les professionnels qui acheminent l’énergie jusqu’à chez toi, ton bureau ou les lieux que tu fréquentes. Par exemple, il existe désormais des personnes spécialisées dans l’installation de la fibre optique :  du tireur de câble au responsable d’exploitation, en passant par le monteur-raccordeur FttH

L’intervention des installateurs en éclairage urbain, un des nombreux métiers de l’électricité !

Tu entends de plus en plus parler des objets connectés, et peut-être en utilises-tu certains comme une smart TV ou une Apple Watch ? A l’échelle d’une maison, ces équipements interagissent entre eux grâce à la domotique, contraction entre “domus” (le mot “maison” en latin) et “robotique” (ça, pas la peine de t’expliquer). Et quand on regarde un ensemble encore plus vaste, on peut parler de smart city ou ville intelligente. Que ce soit pour connecter un bâtiment ou un quartier entier, les entreprises recherchent désormais des profils polyvalents. Ainsi, l’installateur en éclairage public et équipements urbains ne se contente plus seulement d’allumer la lumière dans les rues et d’intervenir sur les le réseau de distribution électrique. Il doit aussi être en mesure de raccorder des équipements connectés comme les panneaux lumineux, les bornes de recharge de voitures électriques ou les caméras de vidéo-protection, les bornes wifi dans la ville…  

Petits conseils pour rejoindre les métiers de l’électricité

Passionné par l’écologie ou par les nouvelles technologies (ou les deux), tu souhaites rejoindre la filière de l’électricité et de l’énergie ? Tu peux compter sur Génération Zébrée pour connaître tous les débouchés qui s’offrent à toi !

Quels sont les métiers de l’électricité ?

Toi qui pensais peut-être au terme généraliste d’électricien, tu te trompes ! Il existe des dizaines de professions différentes réparties en trois grandes filières : études, affaires et travaux. 

La première désigne tout ce qui est de l’ordre de la conception et de l’ingénierie, que ce soit pour inventer de nouvelles solutions en lien avec les transitions écologique et numérique, pour avoir une représentation visuelle des projets ou pour chiffrer les besoins et les coûts. En choisissant cette voie, tu travailleras sans doute en bureau d’étude. En quoi… ? Il s’agit d’un lieu dédié à l’analyse de données et à l’élaboration de plans, de maquettes ou de dossiers qui orientent les choix techniques d’un projet. On y retrouve le poste d’ingénieur chef de projet, de technicien étude de prix ou encore de dessinateur-projeteur

Ensuite, le domaine des affaires correspond à la partie business. Cela englobe toutes les étapes du cycle de vente, de la prospection à la signature du contrat ainsi que le suivi de projet. L’objectif est bien sûr de satisfaire le client, non seulement en termes de prix mais aussi de réalisation ! ll existe du travail à chaque échelon de responsabilité : assistant, ingénieur d’affaires, directeur commercial d’une agence, d’une région ou d’un pays entier. 

Enfin, la filière travaux regroupe l’ensemble des activités techniques et opérationnelles. Ce sont les métiers de l’électricité les plus connus, car on les rencontre sur le terrain. Certaines fonctions sont liées à l’installation électrique (installateur en éclairage public et équipements urbains, installateurs en génie climatique, monteur-câbleur), tandis que d’autres sont spécialisées dans la maintenance (agents et techniciens de maintenance). Il existe également des postes de managers, comme chef de chantier ou conducteur de travaux. 

Parmi tous ces emplois, nombreux sont les métiers d’avenir ! C’est ainsi que l’on désigne chez Génération Zébrée les professions émergentes ou celles qui cherchent des candidats. C’est pour toi la certitude de trouver facilement un job dans les années futures.
Voici les métiers d’avenir liés au secteur de l’énergie et de l’électricité : 

Bonne nouvelle : il est possible de gravir les échelons au fil d’une carrière ! Ainsi, un ouvrier peut devenir chef d’équipe après plusieurs années d’expérience. Une autre possibilité est de suivre un parcours de formation. Que ce soit en formation initiale ou via un enseignement professionnel, tu seras plus rapidement à l’aise en entreprise.

Quels sont les profils recherchés ? 

Comme tu as pu le voir, les métiers de l’électricité sont variés et ce qui est bien, c’est qu’ils sont accessibles à tous ! 

En effet, certains postes sont accessibles sans le bac comme tireur de câble ou agent de maintenance. Pour le niveau technicien, généralement des études courtes sont suffisantes. Après le baccalauréat, le BTS (brevet de technicien supérieur) ou le BUT (bachelor universitaire technologique) qui remplace le DUT sont les formations conseillées. Enfin, il est possible de rejoindre les fonctions d’encadrement et de direction avec un diplôme d’ingénieur

Il y a des postes d’encadrement ou de direction parmi les métiers de l’électricité.

Pour avoir une expérience pratique, Génération Zébrée te conseille la voie de l’alternance. En fonction de ton profil et de tes besoins, tu peux signer un contrat d’apprentissage ou un contrat de professionnalisation. De plus en plus de formations proposent l’alternance. C’est le cas notamment du CFA ou du lycée professionnel. 

Voici quelques exemples d’études conseillées : 

  • CAP Électricien
  • CAP Installateur en Froid et Conditionnement d’air
  • Brevet professionnel Installateur, dépanneur en froid et conditionnement d’air
  • BEP Installation des Systèmes Energétiques et Climatiques
  • Mention complémentaire Monteur de réseau électrique aéro-souterrains
  • Bac Pro Métiers de l’électricité et de ses environnements connectés (MELEC)
  • BTS Métiers de l’électricité et de ses environnements connectés (MELEC)
  • Bac Pro Technicien de Maintenance des Systèmes Energétiques et Climatiques
  • BTS Maintenance des systèmes
  • Bac Pro électrotechnique
  • BTS électrotechnique
  • BTS fluides, énergie et bâtiment 
  • DUT Génie civil – construction durable
  • Titre d’ingénieur spécialisé en matériaux 

Tu croyais que les métiers de l’électricité étaient réservés aux hommes ? Oublie le stéréotype du gars avec ses gros bras et son casque sur la tête… En réalité, la répartition homme/femme évolue depuis plusieurs années, et de nombreuses entreprises cherchent la parité. Bon, on ne va pas se mentir : sur les chantiers, on en est encore loin (et c’est dommage) ! Mais si tu as lu l’article en entier, tu as pu constater qu’il existe de nombreuses façons de rejoindre ce secteur. Du bureau d’étude à la négociation commerciale, en passant par le dessin technique ou le management d’équipe, tu as le choix ! 

J’espère que tu en sais un peu plus sur les métiers de l’électricité, et surtout que cet article t’a donné envie de rejoindre cette filière pleine d’avenir ! Si tu veux creuser le sujet, n’hésite pas à te rapprocher du SERCE et à consulter son site metiers-electricite.com

Les spécialités pour le bac : on vous dit tout !

Bac 2021 : tout sur les choix de spécialités !

Temps de lecture : 6 minutesToi qui es actuellement en classe de seconde générale et qui te demandes quelles options choisir pour le bac : l’orientation scolaire, c’est pas de la tarte ! Eh ouais ! Surtout pour toi qui arrive pile au moment où le Ministère de l’Education Nationale décide de tout changer… Mais t’inquiète ! Il faut tirer tout le positif possible de ce changement et c’est ce que GZ veut t’aider à faire. C’est parti !

C’est quoi le nouveau bac ?!

Tu fais partie de cette génération de personne qui a actuellement une quinzaine d’années. Déjà que les changements dans ta vie, c’est compliqué, parce que justement tu te découvres toi-même, mais en plus, tu dois comprendre quelles options choisir pour ton tur-fu, genre le métier, les études… Bref : c’est un peu le b*rdel dans ta vie, en ce moment.

Faisons le point : en première

La réforme du lycée change l’organisation des matières et des séries dans la filière générale. Ainsi, tu as un socle commun en seconde MAIS également en classe de première. Enfin, la première se distingue quand même de la seconde dans le sens où tu as des épreuves de bac tronc commun en mode contrôle continu pendant l’année + des épreuves finales (seulement deux : français oral et français écrit) à la fin de l’année.

Faisons le point : en terminale

Et durant ta classe de terminale, ce sera à peu près le même modèle, sauf que tu auras quatre épreuves à passer au printemps (tes spécialités) et à la fin (philo et grand oral) + ce qu’ils ont appelé – pour ne pas DU TOUT faire peur – un « grand oral ». Wow. Pour faire clair, cet oral est fondé un peu sur le même modèle que ce qu’il y avait en première jusqu’à cette année : le TPE, ou travaux personnels encadrés*. Sauf que là, ce n’est pas en première mais en terminale, ça concerne les deux options que tu auras gardées en terminale ET c’est à la toute fin de l’année…

* Le TPE, ou Travaux Personnels Encadrés : en première, les élèves des classes de L, ES et S devaient choisir un sujet mêlant deux matières (SVT et physique-chimie, français et philosophie…) qu’ils étudiaient et travailler ledit sujet pendant l’année jusqu’à l’oral. Celui-ci avait lieu en février ou mars de l’année de première. La note n’était accessible qu’au moment des résultats des épreuves anticipées.

BON ! Maintenant qu’on a fait le point, passons à la question que tu te poses inlassablement…

Quelles spécialités choisir pour l’année pro ?

That’s THE question.

Le tableau des spés

Disciplines Heures dispensées en classe de première Heures dispensées en classe de  terminale
Arts 4h 6h
Biologie-écologie 4h 6h
Histoire géographie, géopolitique et sciences politiques 4h 6h
Humanités, littérature et philosophie 4h 6h
Langues et littératures étrangères 4h 6h
Mathématiques 4h 6h
Numérique et sciences informatiques 4h 6h
Sciences de la vie et de la Terre 4h 6h
Sciences de l’ingénieur 4h 6h
Sciences économiques et sociales 4h 6h
Physique Chimie 4h 6h

Panorama des spés

Voici un panorama des spécialités et les enseignements qu’elles contiennent, d’après le site Horizons2021.

Les options arts & lettres

La spécialité arts 

En fait, cette spécialité couvre plusieurs domaines : arts du cirque, arts plastiques, cinéma-audiovisuel, danse, théâtre, histoire des arts et musique.

Si tu aimes le spectacle, manier la caméra ou faire de la musique, définitivement : prend cette option. En vérifiant toutefois que la « sous-option » art que tu souhaites prendre est bien présente dans ton lycée.

La spécialité humanités, littérature et philosophie

A travers cette spécialité, tu vas étudier des textes de toutes les époques par le biais de la littérature et de la philosophie. Le but est d’affiner ta réflexion et de débattre sur des questions qui datent de la nuit des temps, comme : « comment utiliser les mots, la parole et l’écriture ? » et « comment se représenter le monde, celui dans lequel on vit et ceux dans lesquels ont vécu et vivent d’autres hommes et femmes ? »… Enfin, bref, tout un joli programme de littérature philosophique, à choisir si tu te destines à une carrière très très TRÈS littéraire.

La spécialité langues, littératures et cultures étrangères

Si tu souhaites consolider ta maîtrise d’une langue étrangère en connaissant la culture of the country, les us et coutumes, les obras culturales, les monuments du patrimoine… C’est la spé qu’il faut prendre. Par exemple, si tu as envie de devenir éditeur à l’étranger ou traducteur. Ou encore que tu prévoies de vivre à l’étranger plus tard. Your choice, of course.

La spécialité littérature, langues et cultures de l’Antiquité

De son petit nom « culture antique », choisir cette spé équivaut à étudier en profondeur les langues et cultures grecque et romaine à l’époque de l’Antiquité. Et à les mettre en regard avec le monde contemporain. Bien sûr, si tu n’as pas pris une option grec ou latin en seconde, possible que tu ne comprennes pas grand-chose à la Socratitude (Socrate était un philosophe grec super écouté à l’époque).

Spécialités bac 2021

En tout cas, cette spécialité s’adresse particulièrement à ceux ayant pris l’une desdites options en seconde. Si tu fais partie de cette catégorie de personne : viens, vois, vainc ! (veni, vidi, vici, tu connais).

La spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques 

Cette spé met en lumière les enjeux politiques, économiques et sociaux majeurs afin de transmettre les clefs d’une meilleure compréhension du monde contemporain. Observation du monde actuel ainsi qu’approfondissement historiques et géographiques au programme. Si tu souhaites t’orienter dans le journalisme, la politique, l’entrepreneuriat ou l’économie (ou un peu des quatre) : prend cette spécialité.

Les options économie & sciences diverses

La spécialité sciences économiques et sociales (spé SES pour les intimes)

Dans cette spécialité, il s’agira d’étudier les concepts, méthodes et problématiques essentiels de la sociologie, de la science éco et de la science politique. Si jamais tu t’intéresses fortement à l’économie et que la matière SES en seconde t’a vraiment fait trippé, alors cette spé est totalement pour toi.

La spécialité biologie-écologie (ou bio-écolo de son p’tit nom)

Si tu te sens l’âme d’une Greta Thunberg par rapport aux problématiques de l’environnement, mais que tu t’intéresses aussi fortement aux enjeux de santé publique, c’est cette spé que tu devrais prendre. Notamment, si tu souhaites ensuite travailler dans les domaines de l’agronomie, de l’écologie, de la santé humaine et animale et du sport.

La spécialité mathématiques

Si tu es grave intéressé.e par les maths, cette spé va te permettre de découvrir la total powerfûlitude des maths en explorant les thématiques suivantes : algèbre, analyse, géométrie, probabilités et statistiques et algorithmique et programmation. Bref, si les maths t’éclatent, fonce dans cette spé ! Petit conseil en plus : si tu veux devenir ingénieur, il est fortement conseillé de prendre cette spé…

La spécialité numérique et sciences informatiques 

Histoire de l’informatique, traitement des données, interactions homme-machine, algo, langage informatique et programmation : c’est le programme de cette spécialisation. Donc, si tu prévoies de trouver un métier dans le numérique et/ou dans l’informatique, genre community manager, ou ingénieur informatique, cette spé est faite pour toi.

La spécialité physique-chimie 

Si déjà au collège, te prendre pour un.e savant.e fou/folle et faire des expériences dans les salles réservées à la physique-chimie te faisait kiffer, cette matière est potentiellement celle que tu dois prendre en tant que spécialité ! Le programme qu’elle propose est le suivant :  «l’organisation et les transformations de la matière », le « mouvement et les interactions », « les conversions et transferts d’énergie » et « les ondes et signaux ». Tout un tas de mots et d’expressions incompréhensibles pour les non-initiés !

La spécialité sciences de la vie et de la terre 

Si tu adores et as toujours adoré l’SVT, cette spécialité est faite pour toi. Au programme, des thématiques comme : « la Terre, la vie et l’évolution du vivant », « enjeux planétaires contemporains » et « corps humain et santé ». Si tu souhaites devenir doc’ ou en tout cas avoir un parcours d’études lié à tout ce qui est santé, corps humain etc., tu n’as littéralement plus qu’à courir dans les bras de cette matière.

La spécialité sciences de l’ingénieur 

Mêlant sciences et technologies, voici les trois thématiques que tu étudieras dans cette matière : « les territoires et les produits intelligents, la mobilité des personnes et des biens », « l’humain assisté, réparé, augmenté » et « l’éco-design et le prototypage de produits innovants ». Bon, pour cette spé-là, pas énormément de surprise : si tu veux devenir ingénieur.e, c’est par cette voie-là que tu dois passer. 

Maintenant que tu sais tout sur les spécialités mises en place à partir de l’année prochaine, tu peux choisir sereinement celles que tu souhaites étudier. Et en plus, quand tu arriveras au moment où tu devras t’inscrire sur Parcoursup, avoir pris ces spécialités te simplifiera positivement la tâche.

Bravo. Tu as lu cet article. Tu peux choisir sereinement tes options, maintenant.