INGÉNIEUR·E GÉNÉRALISTE : LE DIPLÔME

Diplôme d'ingénieur généraliste
Temps de lecture : 4 minutes

Hello you ! Yes, you there ! Oui, toi. Tu as cliqué sur l’article ingénieur·e généraliste, which means que tu te poses des questions, disons par exemple, sur le métier d’ingénieur. Et tu te dis que peut-être ingénieur généraliste, c’est fait pour toi. Good news, baby : cet article t’aidera peut-être. 

Ingénieur·e généraliste : qu’est-ce que c’est ? 

L’ingénieur·e généraliste a pour principale mission de concevoir et créer un produit. Durant tout le processus de création, iel est là, iel accompagne, c’est-à-dire depuis l’idée, le cahier des charges jusqu’à la livraison du produit final. Touche-à-tout, polyvalence, curiosité et créativité sont des qualités qu’iel possède pleinement, saupoudrées de rigueur et de méthodologie scientifique. Iel a des connaissances pointues dans certains domaines, pourtant très techniques. Cela fait partie de sa formation. Pour en savoir plus, tu peux aller voir cet article

Organisation de la formation 

Les écoles d’ingénieur·es généralistes proposent une formation pluridisciplinaire, ce qui permet aux ingénieur·es d’avoir une approche systémique et d’acquérir les compétences transversales pour répondre aux besoins dans les missions qui leur seront confiées. 

Par exemple, tu vas acquérir des compétences techniques, des connaissances sur le monde du travail, tu vas aussi travailler les langues vivantes et les connaissances organisationnelles, économiques et sociales, en management d’entreprise, mais aussi des connaissances en aéronautique, télécommunications, écologie, génie civil, informatique et numérique, production, logistique… Sans oublier les projets et les stages, histoire de mettre les mains dans le cambouis. C’est comme cuisiner. Comment être sûr·e que tu maîtrises sans avoir pratiqué ? 

Durant ta première année dans le cycle ingénieur, tu devras choisir une majeure pour les deux années suivantes. Cela te permet d’avoir une spécialisation tout en restant quand même ingénieur·e généraliste. Tu étudieras la gestion de projets, les statistiques, l’analyse numérique, la programmation orientée objet, la gestion financière de l’entreprise, l’anglais…

Ces trois années t’apporteront des connaissances générales approfondies et d’autres seront plus spécifiques, notamment dans le domaine de spécialisation choisi parmi : mathématiques, physique, chimie, sciences de la matière, conception assistée par ordinateur (CAO), génie industriel, informatique et systèmes d’information, science des matériaux, réseaux et télécommunications, automatique, informatique industrielle, matériaux complexes, génie mécanique, génie électrique et électronique, biotechnologies, intelligence artificielle, économie, ingénierie financière, sociologie, communication, management, logistique, gestion de la Supply Chain, anglais…

Durant ces années, tu effectueras aussi plusieurs stages ou une alternance en entreprise pour avoir des expériences professionnelles et tu pourras même parcourir le monde en mode #Erasmuslavie. La professionnalisation, c’est pendant les études, et ouiiiiii ! 

De plus, grâce à l’équipe pédagogique, tu seras accompagné·e et formé·e sur comment rechercher un emploi et créer une entreprise #entrepreneuriatmonamour. Tu découvriras aussi les joies du campus de l’école avec toutes les soirées mais aussi et surtout (bien sûr 😉 ) les associations étudiantes et la vie associative. 

Pour quels profils est cette formation ? 

Curieux·se, le/la futur·e ingénieur·e est capable de s’intéresser à de nombreux sujets. L’écologie, l’informatique, la logistique n’ont rien de commun, pourtant ce sont des sujets qui font totalement partie de la formation. Il s’agit d’être prêt·e à la polyvalence. Ce qui est bien, c’est que pour les débats, tu seras armé·e, au moins 😉 

Prise d’initiative, adaptable, travailler vite et bien sont des qualités requises, ainsi que de savoir travailler en équipe. Esprit de synthèse, pédagogie, prise de recul. 

L’ingénieur·e prévoit, conçoit, accompagne le projet, mais iel a toujours besoin d’autres personnes pour faire ce qu’iel a conçu. Un peu comme un·e architecte, finalement. 

Quelles spécialités au bac pour entrer dans la formation d’ingénieur·e généraliste ?

Selon ce simulateur, tu peux prendre : Mathématiques, Physique-Chimie, Numérique et Sciences Informatiques, Sciences de l’Ingénieur ou encore Sciences et Vie de la Terre. Il est intéressant de choisir selon tes points forts aussi, car les notes et appréciations vont compter sur Parcoursup ou dans ton dossier #statingtheobvious. 

Quelles sont les conditions d’admission ? 

Pour un cursus généraliste en 5 ans, ce sera soit un baccalauréat général avec les spécialités citées plus haut, soit un bac technologique STI2D. Pour un cursus en trois ans, il faut posséder un bac+2, c’est-à-dire être passé·e par des classes préparatoires scientifiques (CPGE), DUT ou licence dans un domaine scientifique. 

Après, les admissions se font sur concours (en admissions parallèles en bac+2), entretiens ou dossiers. Quelques exemples de concours : concours Polytech, concours Mines… Et il y a aussi ce qu’on appelle les concours communs, c’est-à-dire que plusieurs écoles se mettent d’accord pour te faire passer les mêmes épreuves, le même jour. Tes résultats sont envoyés à chacune et toutes décident individuellement si tu es admissible ou non, en fonction desdits résultats. 

Pour tes critères à toi : une école d’ingénieur qui vaut le coup/coût, c’est une école possédant des accréditations, c’est-à-dire reconnue pour ce qu’elle fait dans le monde du travail. Par exemple, quand une école est reconnue comme remplissant plusieurs critères par la CTI ou Commission des Titres d’Ingénieurs. Ou alors CGE = Conférences des Grandes Écoles : les écoles qui en font partie doivent être de qualitey. Il y a aussi les frais de scolarité (école publique ou privée ?), la mobilité internationale (Erasmus ou pas Erasmus ? Telle est la question). Si tu as envie, tu peux aussi regarder s’il est possible de faire un double-diplôme. 

A savoir : 80 écoles d’ingénieur post-bac existent en France. Quand tu y es admis·e, tu entres dans le “cycle préparatoire”. 

Débouchés : exercice du métier et/ou poursuite d’études

En général, tu sors de ces études d’ingénieur généraliste, tu as un bac+5, ce qui suffit largement pour trouver un emploi à responsabilités. Puisque tu seras ingénieur·e généraliste, tu pourras trouver diverses possibilités dans le monde professionnel, dans divers domaines, tels que : ingénieur·e mécanique, ingénieur·e recherche et développement… 

On espère que cet article t’a plu, merci d’avoir lu ! Chercher sa voie n’est pas toujours facile mais on a confiance en toi, tu vas y arriver ! Nous, on trinque à ta future insertion professionnelle ! La bise, Lise !

Les écoles d’ingénieurs : comment choisir ?

écoles d'ingénieurs : comment choisir

Temps de lecture : 7 minutes

Comment choisir, parmi tous les choix d’écoles d’ingénieurs que j’ai ? Comment faire un tri ? Pas de panique, Génération Zébrée, pour te servir, tel Yoda, te donne les commandements pour faire le meilleur choix possible. 

Comment choisir une école d’ingénieurs ? Critères de choix et questions à se poser…

Note à l’intention des futurs ingénieurs et futures ingénieures. Pour faire ton choix parmi les multiples écoles d’ingénieurs qui existent, on parle à l’oreillette de la rédactrice des portes ouvertes. Celles-ci sont effectivement un excellent moyen de rencontrer des acteur·ice·s de l’école, tels que des prof·e·s, des élèves, des directeur·rice·s… Moyen idéal également pour te faire une idée des différentes écoles d’ingénieurs, c’est de regarder les classements des écoles par différents médias puis de faire ton propre classement, selon tes propres critères. N’hésite pas aussi à aller à la rencontre d’étudiants/étudiantes et de jeunes diplômés pour qu’ils te partagent leur expérience !

Je choisis mon école d’ingénieurs

Écoles d’ingénieurs : intégrer en post-bac ou à bac +2/+3 ?

Bacheliers, bachelières, la première question à se poser, c’est quand même si tu souhaites intégrer directement une école d’ingénieurs ou pas. La base. Ecoles d’ingénieurs postbac ? Classe préparatoire (CPGE) d’abord, admissions parallèles ensuite ? 

Détaillons un peu : en post bac

Les écoles d’ingénieurs post bac sont au nombre d’environ 80 en France. Elles proposent un système dit “cycle préparatoire”, c’est-à-dire une prépa intégrée; c’est pour ceux et celles qui ne se voient pas entrer en classe prépa et qui peuvent dont intégrer une école d’ingénieur dès le niveau bac. Dans tous les cas tu devras passer par la case « Concours d’entrée »…

Deux ans après

Parce que les classes préparatoires dites « prépas » offrent une formation théorique intensive qui te permettra, au bout de deux ans, de passer les concours des écoles d’ingénieurs, via les admissions parallèles. Passer les concours deux années après le bac te permet d’être très préparé·e et de viser les grandes écoles d’ingénieurs, regroupées dans la Conférence des Grandes Écoles; il y en a 154. 

Pour celles et ceux qui sont plus intéressé·e·s par une alternance avec des entreprises partenaires, plutôt appelé cursus en apprentissage, tu devras effectuer deux années d’études après le bac pour viser ce type d’école. Cela pourra être un DUT, un BTS, une classe préparatoire… Et tu n’échapperas pas aux concours

En matière de concours, certaines ont leur propre concours interne et d’autres fonctionnent avec un concours commun ce qui signifie qu’en passant un concours, tu peux candidater à plusieurs écoles en même temps. Tu passeras forcément par des épreuves écrites qui pourront te permettre de devenir « admissible » à certaines écoles avant de passer les épreuves orales parfois même des testes en langue vivante pour être admis.

Les concours d’entrée aux écoles d’ingénieurs

Dans tous les cas, si tu souhaites intégrer une école d’ingénieurs, tu devras donc passer l’étape de la sélection en réussissant haut la main (ou pas…) les concours d’admission ! Il existe des concours internes spécifiques à certaines écoles ou réseaux d’école et les concours communs pour lesquels tu peux passer un seul et unique concours pour obtenir ton admission à plusieurs écoles d’ingénieurs d’un coup.

Bien choisir son école d’ingénieurs : Un label CTI ton école possédera 

La CTI (ou Commission des Titres d’Ingénieur) est un pacte que les écoles font pour la qualité de l’enseignement, la promotion du titre d’ingénieur ainsi que du métier, aussi bien en France qu’à l’étranger (pour la reconnaissance internationale, toussa). Si cette commission signale qu’une école respecte les critères, alors ladite école obtient le label. Elle sera donc considérée comme une “grande école” où aller, certifiée comme sur les comptes Twitter avec le petit signe bleu à côté des noms. La CTI, c’est un peu l’inspection du travail des écoles d’ingé. 

D’après le Figaro, cette habilitation “est basée sur un cahier des charges précis et pose un cadre : les moyens, la qualité de l’encadrement, les liens avec les entreprises, le niveau d’anglais, etc. C’est la CTI qui garantit l’obtention du titre d’ingénieur.”

Parce qu’il y a, comme partout, de bonnes écoles et des “pompes à fric”, qu’on se le dise. Nous te conseillons donc de choisir une école habilitée par la CTI.

Il y a aussi plein d’autres accréditations qui existent et permettent de certifier la qualité de la formation sur un certain nombre de critères mais le label CTI reste la base pour les écoles d’ingénieurs.

Voici des écoles d’ingénieurs habilitées par la CTI, tu peux cliquer dessus pour en savoir plus.

HEI – une école d’ingénieurs généraliste

Purpan – une école d’ingénieurs en agroalimentaire

3IL – une école d’ingénieurs en informatique

EPITA – une école d’ingénieurs en informatique

Ecam Lyon – une école d’ingénieurs généraliste

Ecam Rennes – une école d’ingénieurs généraliste

Escom Chimie – une école d’ingénieurs en chimie

ENIM Metz – une école d’ingénieurs généraliste

Ecoles d’ingénieurs comment choisir : école spécialisée ou généraliste ?

Une fois que tu sais que tu veux une école CTI et si tu veux la passer juste après le bac ou dans deux ans, tu peux maintenant te concentrer sur une autre question importante : tu vises des écoles d’ingénieurs spécialisées ou des écoles d’ingénieurs généralistes ? Est-ce que tu sais si tu souhaites travailler plutôt dans le secteur des services (Numérique, etc…) ou dans l’industrie ? Selon le moment où tu intégreras ton école, cette question entrera en compte à un moment, notamment à partir de la deuxième année du cycle préparatoire, si tu fais le cursus en 5 ans, et avec plus de précision si tu entres dans une école seulement pour les trois années de cycle ingénieur. Si tu sais déjà si tu souhaites t’orienter plutôt vers le bâtiment, l’industrie ou les services, notamment le numérique, cela peut te permettre de cibler déjà un nombre restreint d’écoles expertes dans ces domaines.

NB : les spécialités, la liste

Les spécialisations en école d’ingénieur·e·s sont nombreuses, il faudra que la tienne corresponde à ton projet professionnel. Mais si tu n’as pas envie de te spécialiser directement après le bac, c’est très compréhensible et tu auras donc deux années pour te décider avant d’entrer réellement dans le cursus ingénieur·e. Le petit doigt de la rédactrice t’informe que les meilleures écoles recrutent encore souvent après deux années de prépa.

Cette information est bien sûr à relativiser : tout peut changer, ce n’est pas figé et les écoles recrutant après le bac sont loin d’être mauvaises, surtout si tu veux du concret dans ta vie. ET surtout si tu considères les écoles comme des tremplins et non comme des objectifs de vie. C’est la fin qui justifie les moyens, pas l’inverse. 

Si tu vas dans une école d’ingénieur·e·s généraliste, tu auras l’occasion de découvrir un peu toutes les facettes du métier d’ingénieur via un tronc commun de matières, ainsi qu’un stage en entreprise, chaque année. Tu suivras donc une formation pluridisciplinaire et les spécialités viendront dans un deuxième temps, quand tu auras trouvé ce que tu aimes. En général, en dernière année tu choisiras une majeure de spécialisation parmi plusieurs majeures proposées par ton école pour choisir la dominante de ton diplôme et donc de ton profil sur le marché du travail. Toutes les écoles proposent des diplômes ou des majeures différentes donc c’est important que tu te renseignes sur les différentes offres de formation proposées par un même établissement, il y a sûrement des spécialités ou des programmes qui te feront plus vibrés que d’autres. Par exemple dans une école d’ingénieurs en informatique, tu auras souvent le choix entre une majeure en cybersécurité, en architecture des réseaux ou en systèmes embarqués et plein d’autres !

Dans tous les cas, pour ce qui est insertion professionnelle, que tu sois ingénieur·e généraliste ou pas, du travail tu trouveras car les diplômés d’écoles d’ingénieurs sont polyvalents et le marché de l’emploi leur est très favorable. Ta spécialisation t’orientera un peu plus vers un domaine en particulier, cependant. 

Ecoles d’ingénieurs comment choisir : établissement privé ou publique ?

Tout dépend de son emplacement, de l’argent que tu (#tesparents) as à disposition, mais également de ta volonté de faire cette école d’ingénieur·e·s : si elle coûte de l’argent, encore plus si ça vaut le coup (coût) tu te questionneras #noregrets. C’est intéressant de savoir aussi quels sont les débouchés de l’école que tu auras repérés, sa réputation, son campus… 

Classement des écoles d’ingénieurs

On sait que tu ne nous as pas attendu pour consulter les différents classements des écoles d’ingénieurs, tu as raison c’est important pour se faire une idée de la renommée et du rayonnement d’une institution mais ce ne n’est pas le seul critère à prendre en compte !

Une école d’ingénieurs c’est pour moi ?

Tu l’a compris dans cet article, les deux voies principales pour intégrer une école d’ingénieurs sont  de candidater directement au niveau bac ou 2 ans après une prépa. Néanmoins tu peux aussi intégrer après un IUT, un BTS ou une licence dans les matières pertinentes pour l’école visée.

En terme d’un bac, c’est bien sûr le bac S qui est privilégié, l’option Sciences de l’ingénieur est bien sûr appréciée et aussi les filières technologiques avec le bac Sti2d et le bac STL peuvent te permettre d’accéder à certaines écoles d’ingénieurs.

Une école d’ingénieurs pour étudier à l’étranger ?

En effet, quasiment toutes les écoles d’ingénieurs proposent à leurs élèves d’effectuer une partie de leur cursus à l’étranger car nombreux sont les étudiants à vouloir explorer l’europe ou même le monde et en plus maîtriser plusieurs langues vivantes, c’est forcément un atout pour ta future carrière. D’ailleurs dans ce domaine, les écoles d’ingénieurs post-bac proposent souvent plus de temps d’étude dans un autre pays puisque tu passes plus de temps dans l’école (5 ans vs 3 ans si tu rejoins une école après prépa).

Pour te renseigner sur ce point, surtout si les études à l’étranger est un critère clé pour toi, tu peux t’informer sur les différentes périodes d’étude à l’étranger proposées par les écoles et sur les universités partenaires dans lesquelles tu pourras partir. Certaines écoles ont même leur propre campus à elle dans d’autres pays, dans ce cas, c’est en général encore plus facile de partir y étudier. Après ce n’est pas tout à fait la même expérience mais c’est à toi de voir.

Conseil en freestyle de la rédactrice 

Pour les admissions, le feeling est très important : fais-toi confiance, montre surtout qui tu es aux oraux. C’est à ce moment-là que tout se jouera. Si ton jury est convaincu par tes motivations mais également par tes ambitions et par le fait que tu as besoin de cette école en particulier pour t’accomplir, alors ton admission ne fait aucun doute. 

La liberté dont tu as besoin ton école te donnera

Un double cursus avec une autre école ? De l’entrepreneuriat ? Un petit Erasmus en mode #discoveringtheworld ? Aujourd’hui, la polyvalence, la curiosité et la créativité sont appréciées dans ces hautes sphères de bureau, alors plus tu auras voyagé, plus tu auras de compétences (bon, une double compétence, ça peut être pas mal déjà, on est d’accord), plus les recruteur·ice·s auront les yeux posés sur toi. La mobilité internationale pendant un ou deux semestres ne fait de mal à personne, après tout. 

Maintenant que tu as toutes les cartes en main pour choisir l’école supérieure qui te permettra de réaliser tes projets, tu peux te rendre sur Génération Zébrée.

Je choisis mon école d’ingénieurs

L’idée, c’est que tu te retrouves à faire une scolarité épanouissante, une vie étudiante stylée et que tu arrives en fin d’études en te sachant armé.e pour ce qui va suivre (roulement de tambours) : le monde du travaiiiiiiil ! N’oublie pas de brandir fièrement ton diplôme d’ingénieur. De rien. Bisous. 

Juste pour toi, voici une liste d’écoles d’ingénieurs parmi les plus connues pour te service d’exemples : les Insa, l’Ecole Polytechnique, l’Ecole des Mines, Paristech, le réseau des écoles Polytech, Telecom Paris, Esme Sudria, Epf, les INP, l’ESILV, l’ESIGELEC, l’Ecole Normale, Sup Galilée, Supaéro, l’Ecole Centrale Supélec, Isen Brest.

Pour aller plus loin….