licence de cinéma
Temps de lecture : 3 minutes

Article mise à jour le 13 juillet 2022.

Salut toi ! Est-ce que tu pourrais regarder des films à longueur de journée ? Passionné·e par le cinéma, tu ne rêves que d’une chose, c’est transformer cet amour en métier ? Bienvenue sur cet article, on t’y explique la licence de cinéma ! Let’s get started !

Qu’est-ce que c’est ? 

La licence est le premier niveau d’études à l’université. Tu peux entrer en licence de cinéma, d’audiovisuel ou encore arts mention cinéma, juste après le baccalauréat, donc juste après la terminale. La licence dure trois ans et à la fin, tu obtiens 180 crédits ECTS, ce qui te permet d’entrer, si tu le souhaites, en master. En licence cinéma, tu recevras un enseignement théorique et pratique, avec une approche à la fois historique et esthétique. A la fin de tes trois années, tu auras une culture générale cinématographique solide. Tu apprendras également l’art et la manière concernant la recherche universitaire #délicieusesdissertations, notamment sur l’analyse, création, réalisation et diffusion audiovisuelle et les processus de production. Tout cela en prenant en compte les téléphones, Internet et le multimédia. 

Organisation de la formation cinéma

Cette formation propose des enseignements théoriques et appliqués. Tu auras des cours magistraux (CM pour les intimes 😉 ) en amphithéâtre et aussi des travaux dirigés (TD), pour comprendre ce qui aura été vu en CM. Et c’est 429 heures de cours par an. 

Tu pourras te spécialiser en prenant certaines unités d’enseignement (UE), nommées majeures et représentant 761 heures et 120 crédits ECTS. Par exemple : esthétique, méthodologie, histoire filmique, scénario, pratique des techniques… 

Les majeures sont complétées par une mineure – 60 crédits ECTS – que tu choisis selon ton projet : arts numériques, droit, exercices de réalisation… 

La licence de cinéma te propose d’acquérir des savoirs et pratiques basiques. Ensuite, tu peux trouver ta spécialisation dans les études cinématographiques, mais aussi dans les arts, études audiovisuelles, en info-communication, en médiation culturelle, valorisation du patrimoine… Tu peux rêver de cinéma et finir dans un domaine moins connu, mais qui te plaira beaucoup plus, par exemple ! 

Just so you know : un stage de 75 heures minimum est obligatoire en troisième année. Just so you know bis : ça fait environ deux semaines, sur la base de 35 heures/semaine. 

Nota Bene : la licence de cinoche n’a pas pour but de te préparer aux écoles publiques ou privées pour les technicien·nes de l’audiovisuel. 

Pour quels profils est cette formation ? 

Obviously, pour les personnes intéressées par le cinéma. Mais peut-être pas seulement par le fait de regarder des films. Peut-être que tu peux aussi être intéressé·e par l’histoire du cinoche, les différents mouvements. Et puis la technique derrière les mouvements de caméra, leur sens… Et puis aussi, l’idée de travailler en équipe n’est pas supposée te rebuter car si tu deviens scénariste ou tout autre métier qui inclut une caméra, tu auras probablement la plupart du temps quelqu’un·e avec toi, que ce soit pour le son, pour le montage, la post-production… 

Quelles spécialités au bac pour entrer dans la licence cinéma ? 

Pour une licence cinéma, il y a la spécialité Arts – Cinéma audiovisuel que tu peux prendre, ne serait-ce que par intérêt personnel. Et après, les spécialités à privilégier sont Langues, littératures et cultures étrangères, Littérature, langues et cultures de l’Antiquité ou encore Humanités, littérature et philosophie. C’est en fonction de tes intérêts, mais ne lâche pas la spécialité cinoche en terminale #statingtheobvious. 

https://generationzebree.fr/recherche/etablissements?tag=audiovisuel

Quelles sont les conditions d’admission ? 

Tu peux entrer dans la licence cinéma juste après le baccalauréat, via Parcoursup. Les admissions en L2 ou L3 sont possibles sur dossier. 

Débouchés : exercice du métier et/ou poursuite d’études

C’est possible de se lancer dans la vie professionnelle juste après la licence mais conseillé de continuer un peu, pour se spécialiser et se professionnaliser. Tu peux faire un master professionnel ou de recherche selon le dossier et le projet : audiovisuel et médias numériques ; cinéma, télévision ; ingénierie des métiers de la production audiovisuelle, scénarisation de contenus audiovisuels…

Tu peux ensuite continuer avec un doctorat si le cœur t’en dit. Et sinon, si tu es intéressé·e pour devenir technicien·ne (= cinéma, vidéo, photo, son) ou encore réalisateur·ice, tu peux te préparer puis tenter les écoles publiques (telles que Les Gobelins, Louis Lumière, Femis, Ensad) ou privées. 

Différents domaines s’ouvrent à toi, si tu es diplômé·e en études cinématographiques : 

  • La culture avec les festivals, médiation, journalisme spécialisé, arts du spectacle et de la scène ;
  • L’industrie et marché du cinéma, production, exploitation, publicité, numérique…
  • L’éducation : enseignement et pédagogie
  • L’institutionnel : gestion et administration de l’audiovisuel (CNC, INA, Cinémathèque française), concours du Ministère de la Culture et de la communication, musées, archives, patrimoine, documentation.

Et voilà ! La team GZ te souhaite d’arriver à y voir plus clair, maintenant que tu as lu cet article et… roulez jeunesse ! Bises !

Continue la lecture