Infirmier, infirmière
Temps de lecture : 4 minutes

Article mise à jour le 13 juillet 2022.

Coucou ! Tu es attentif·ve, à l’écoute et passionné·e par les métiers du paramédical et du social ? Tu penses que le métier d’infirmier·e est fait pour toi ? Here we go, baby, voici tout ce que tu dois savoir sur le diplôme à obtenir ! De rien 😉 

Qu’est-ce que c’est ? 

Ce diplôme en trois ans (équivalent d’une licence, 180 ECTS) te forme à devenir infirmier·e, c’est-à-dire un·e super nana/mec ordinaire, qui travaille en équipe avec le/la médecin/doctorese. A la fin de tes études, tu seras en capacité d’administrer les médicaments de la prescription médicale, poser des perfusions, effectuer des prises de sang (trouver la veine ! #vampire #oupas), surveiller l’état du/de la patient·e, transmettre l’évolution de son état… En bref, le/la malade te sera confié·e, son bien-être et son hygiène dépendront de toi. Aussi, le côté humain et relationnel font également partie de ta mission : prévention, information, éducation (quand prendre les médicaments, quelle dose…), organisation des soins, de même que soutien psychologique. 

Tu pourras travailler en tant qu’infirmier·e dans le milieu hospitalier, centre de soins publics et privés, dispensaire, centre de prévention, CHU, hôpitaux, centre de rééducation, en maison de retraite ou au domicile des patient·es en tant qu’infirmier/infirmière libérale. 

Pour en savoir plus, c’est par ici

Organisation de la formation 

D’après ce site, la formation comprend : 

  • 6 semestres, 3 années en IFSI (= Institut de Formation de Soins Infirmiers)
  • 2100 heures de modules d’enseignements dont des cours magistraux et des travaux dirigés, répartis sur 35h par semaine
  • 2100 heures de stage : 
1ère année2ème année3ème année
3 périodes de stage2 périodes de stage3 périodes de stage
5 semaines chacun10 et 5 semaines + service sanitaire de 3 semaines10, 7 et 8 semaines chacun

Et pour les stages, il y a aussi des compétences à valider, dix thèmes au total se trouvent dans le référentiel de formation. 

  • Beauuuuuuuucoup de travail personnel + de travaux de groupe (surtout les deux premières années)

= Tu l’auras compris, c’est un sacré investissement, sooooo… Better be ready ! 

Et tu as 27 semaines de vacances (printemps, Noël, été). Warning ! Parfois tu as les partiels juste après les vacances. Oui, pas fun… D’où l’intérêt de bien s’organiser ! L’équipe pédagogique est bien sûr à ta disposition et t’accompagne tout au long de la formation conduisant au diplôme. 

Les matières : il y a 6 unités d’enseignement à maîtriser, comme les 6 semestres des 3 années. Voici les différentes UE : 

  • Sciences humaines, sociales et droit : psychologie, anthropologie, santé publique, éthique, déontologie…
  • Sciences biologiques et médicales : biologie, handicap, processus traumatiques, inflammatoires, tumoraux, hygiène, pharmacovigilance…
  • Sciences et techniques infirmières (les fondements et les méthodes) : projet de soins infirmiers, organisation de travail, démarche clinique infirmière…
  • Sciences et techniques infirmières (les interventions) : soins de confort, soins relationnels, soins préventifs et éducatifs, soins d’urgence, soins palliatifs…
  • Intégration des savoirs et posture professionnelle : accompagnement de la personne dans la réalisation de soins quotidiens, évaluation d’une situation clinique…
  • Méthodes de travail : anglais et technologies de l’informatique et de la communication.

En troisième année, tu devras rédiger un mémoire en t’inspirant de situations professionnelles vécues. A la fin de ces trois ans, c’est l’obtention du diplôme d’infirmier/d’infirmière et ton grade de licence. 

Pour quels profils est cette formation ? 

Ce métier est fait pour les personnes tournées vers les autres : aider, écouter, conseiller, examiner, éduquer ou soigner les personnes fait partie du quotidien, avec toujours le bien-être du/de la patient·e en objectif. Dans ce métier, tu peux aussi choisir de travailler seul·e (chez les patient·es) ou en équipe, en libéral ou en structures de prévention et de soins. Rigueur, vigilance et technicité sont des must have, dans ce métier.  

Quelles spécialités au bac pour entrer dans la formation d’infirmier·e ? 

Si tu es allé·e en filière générale, il te faudra prendre la spécialité Sciences de la vie en classe de terminale. Si tu es en bac technologique, filière ST2S, c’est parfait, ne bouge plus !

Quelles sont les conditions d’admission ? 

First thing first : il n’y a plus de concours d’entrée ! Donc adieu épreuve écrite et épreuve orale… bonjouuuuuuur dossier d’inscription ! 

Tout d’abord, avoir obtenu le graal, le saint des saints, la Lune… bref, avoir obtenu le baccalauréat. Et après, la formation en soins infirmiers recrute sur dossier, via Parcoursup. Voici les cinq attendus pour cette formation :

  • Intérêt pour les questions sanitaires et sociales : connaissances dans le domaine sanitaire, médico-social et social, connaissance du métier, sens de l’intérêt général ;
  • Qualités humaines et capacités relationnelles : aptitude à faire preuve d’attention à l’autre, aptitude à collaborer et à travailler en équipe, aptitude à échanger et communiquer avec autrui, pratique des outils numériques, capacité à se documenter et à communiquer dans une langue étrangère ;
  • Compétences en matière d’expression écrite et orale : bonne maîtrise du Français et du langage écrit et oral ;
  • Aptitude à la démarche scientifique et maîtrise des bases de l’arithmétique : aptitude à rechercher, sélectionner, organiser et restituer de l’information scientifique, aptitude à produire un raisonnement logique, maîtrise des bases de l’arithmétique ;
  • Compétences organisationnelles et savoir être : rigueur, méthode, assiduité, capacité à s’organiser, à prioriser les tâches, autonomie dans le travail, créativité.

Débouchés : exercice du métier et/ou poursuite d’études

Au bout de ces trois années intensives d’études et de stages combinés, tu obtiens ton diplôme d’Etat d’Infirmier·e (DEI pour les intimes). Et ensuite, il y a plusieurs options : 

  • exercice de la formation directement
  • continuer tes études : l’idée ? Te spécialiser. Par exemple, une spécialisation en puériculture en tant qu’infirmier/infirmière puéricultrice ou infirmière/infirmier de bloc opératoire. 
  • exercer puis reprendre tes études : après deux ans d’expérience professionnelle, tu peux reprendre tes études pour devenir infirmier/infirmière anesthésiste. Après trois ans, tu peux refaire deux années d’études pour devenir infirmier·e en pratique avancée. Après quatre ans, tu peux passer le diplôme des cadre de santé pour obtenir un poste d’encadrement. 

Flash info, flash info : au bout d’une année d’étude dans ce cursus, tu peux être aide-soigant·e. 

Quelques tips

Carmen, étudiante-infirmière, te donne ce conseil : 

“Quand tu arrives en stage, plusieurs choses à repérer : 

  1. Où se trouve le chariot d’urgence (= s’il y a une urgence, c’est toi qui devras aller le chercher) ;
  2. Où se trouvent les réserves (= matos, médocs…) et éventuellement demander comment elles sont classées ;

= ce sont les essentiels

  1. Ne pas hésiter à poser des questions en stage. Même si les soignant.es n’ont pas l’air ravi.es de te voir, c’est nous qui prendrons la relève ensuite, donc iels seront bien content.es de nous avoir quand iels partiront à la retraite.”

Pour le témoignage complet de Carmen, c’est par là ! Enjoy !

Et voilààààà, c’est fini pour aujourd’hui ! On espère que cet article a répondu aux questions éventuelles que tu te posais sur le métier d’infirmier·e et que tu prendras donc une décision éclairée ! Gros bisous <3

Continue la lecture